Loire : un maire interdit le port du voile et du burkini sur la plage du plan d’eau communal

DirectLCI
POLÉMIQUE – L’édile de Lorette a décidé d’interdire le port du voile et du burkini sur la plage su nouveau bassin de baignade naturelle, inauguré la semaine dernière.

À Lorette, dans le département de la Loire, le nouveau parc de loisirs des Blondières a été inauguré vendredi 23 juin. Le site comprend quelque 4 000 m² de terrain sur deux bassins de baignade. Bassins dont l’accès est réglementé et payant, informe France Bleu Saint-Étienne. Problème : le règlement en vigueur ne plaît pas à tout le monde.


 L’article 4 référant à la baignade naturelle municipale fait particulièrement polémique. Il intime que "les usagers doivent avoir une tenue décente et une attitude correcte", précise France Bleu. "Dans l’eau, seul le maillot de bain est autorisé : slip ou boxer pour les hommes, une pièce ou deux pièces pour les femmes. Sur la plage sont autorisées les casquettes, chapeaux, paréos, tee-shirts, shorts de plage". Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Mais ce qui choque une partie de la population de Lorette vient après. "Sur la plage sont interdits, monokini, burkini, voile dissimulant partiellement ou totalement le visage, combinaison", est-il inscrit dans l’article 4. Il est également précisé que toute personne ne respectant pas ces indications sera immédiatement expulsée de la zone.

Le ramadan "sans bruit" en 2016

En 2016, le Conseil d’État avait pourtant suspendu un arrêté municipal anti-burkini dans la ville de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), l’institution estimant que le port de cette tenue de bain intégrale ne présentait pas de risque avéré pour l’ordre public. Cette décision avait invalidé plusieurs interdictions similaires dans une trentaine de communes, et pose donc la question de la validité de ce règlement communal à Lorette. 

Ce n’est pas la première fois que l’édile de Lorette semble prendre pour cible une communauté spécifique. Le porte-parole de la grande mosquée de Saint-Etienne ne manque d’ailleurs pas de le souligner. "Monsieur  Gérard Tardy a déjà essayé de faire du sensationnel l’été dernier avec le ramadan sans bruit", a ainsi rappelé Aldo Oumouden selon les propos rappelés par France Bleu Saint-Etienne. L’édile avait en effet fait apparaître l’an passé sur les panneaux municipaux un message demandant aux musulmans de vivre leur ramadan en silence. "[Le maire] doit se réveiller : la France est multiculturelle. Vouloir interdire le voile sur ce plan d’eau est une atteinte à la liberté individuelle des musulmans", s’est indigné Aldo Oumouden. "Il ne se rend pas compte que cette décision va encore augmenter la stigmatisation. Elle est non seulement inutile mais également dévastatrice pour le vivre ensemble".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter