Loud & Proud, un festival des cultures queer pour "couvrir le bruit de l’homophobie"

DirectLCI
CULTURE - Pour sa deuxième édition, le festival des musiques et cultures queer Loud & Proud revient à la Gaîté Lyrique à Paris du 6 au 9 juillet prochain. Au programme : concerts, conférences, ateliers et battles de "voguing".

"On veut parler plus fort, faire plus de bruit", lance Anne Pauly, co-commissaire de Loud & Proud. Pour sa deuxième édition, le festival de musiques et cultures queer revient dans la salle parisienne de la Gaîté Lyrique et entend bien faire encore mieux que la première fois. "On veut questionner, montrer une culture différente, pour faire bouger les lignes et les habitudes et redonner la priorité aux corps et aux identités queer", détaille Anne Pauly à LCI.


Mais queer, qu'est-ce que ça veut dire ? A l'origine, c'est un mot que l'ont peut traduire par "étrange" ou "bizarre". Il est utilisé notamment pour parler de manière péjorative d'une personne homosexuelle. Dans les années 80, il sera repris, notamment par la communauté gay, pour désigner tout ce qui sort de la norme hétérosexuelle et patriarcale. "Le terme queer englobe plus largement les questions des minorités sexuelles car il pense la discrimination avec les autres discriminations", explique Anne Pauly.

En vidéo

Les OUT d'or, une cérémonie pour récompenser la visibilité LGBT

Répondre à l'homophobie crasse par la cultureAnne Pauly, co-commissaire de Loud & Proud

A l'origine de ce festival, dont la première édition a eu lieu en 2015, quatre militants LGBTQI : Anne Pauly, Fanny Corral, Benoît Rousseau et Alexandre Gaulmain. Les quatre compères ont eu l'idée de créer ce festival au moment des débats sur le mariage pour tous après "le tombeau d'insultes auxquels on a eu le droit par Les manif pour tous". Le but ? "Répondre à l'homophobie crasse par la culture, détaille Anne Pauly, à la fois journaliste et militante. Le Loud & Proud, c'est pour couvrir le bruit de l'homophobie".


Au programme cette année, la venue de chanteurs tels que le rappeur américain queer Mikky Blanco, le DJ Kiddi Smile, la figure de l'électronique française Jennifer Cardini ou encore Big Dipper, figure du bear à San Francisco. Côté conférence, l'historienne Elisabeth Lebovitchi sera présente pour parler de son dernier ouvrage : "Ce que le sida m'a fait", et un débat aura lieu autour de la représentation des personnes transgenres dans les séries TV et le cinéma.


Des films et des documentaires seront également projetés, certains en avant-premières, dont le biopic sur "Tom of Finland", dessinateur culte du fétichisme gay. Plus étonnant, on pourra aussi écouter des drag-queens en train de lire des contes aux enfants. Cette année verra aussi l'apparition d'une nouveauté dans le programme : le voguing.

Voguing et balls

Né dans les années 70 à Harlem et Brooklyn dans les lieux fréquentés par les communautés latino et afro-américaines, le voguing a été popularisé dans les années 90 par le célèbre Vogue de Madonna. Le but de cette danse est de reproduire de manière caricaturale les poses de mannequins dans les magazines. 


Avec la participation du couturier Jean-Paul Gaultier, les meilleurs "vogueurs" français et étrangers se livreront donc à des performances le 7 juillet à l'occasion d'un grand ball - l'équivalent des battles dans le hip-hop.Le voguing n’est pas parisien, il est banlieusard et c'est une scène politiquement engagée qui a conscience des rapports de dominations (classe, genre, couleurs…)", assure Anne Pauly. "C'est l'occasion de "rendre visible des gens invisibles."


Un festival avec pour mot d'ordre la représentation et la visibilité donc, mais aussi la lutte contre les discriminations et les préjugés. "Les minorités sexuelles ont toujours un devoir de discrétion en France", soupire Anne Pauly. "C'est plus dur d'être queer dans l'Hexagone qu'ailleurs. Par exemple en Irlande où il y a 45 députés ouvertement homosexuels au Parlement, contre deux en France. C’est difficile de sortir du placard dans un environnement hostile." Alors ce week-end, qu'on soit queer ou pas, on peut mettre Loud & Proud dans son agenda.

Festival Loud & Proud : du 6 au 9 juillet, Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin, IIIe arrondissement. Conférences et ateliers en entrée libre, concerts, pass 3 jours 51€, billet soirée 16-23-24€, infos/résas ici, 01 53 01 51 51.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter