VIDÉO - Luc Ferry :"L'intelligence artificielle va supprimer des tâches, pas des emplois"

INNOVATION - Luc Ferry a évoqué les bouleversements à venir dans le monde du travail avec le développement de l'intelligence artificielle. Pour le philosophe et ancien ministre de l'Education, l'innovation pourrait créer davantage d'emplois qu'elle n'en supprimera.

"L'humanité est arrivée à un moment décisif de notre Histoire", pour Luc Ferry. Un moment charnière où la société commence à prendre la mesure des changements à venir et du potentiel qu'offre l'intelligence artificielle. Cette intelligence performante "capable de battre un champion du monde d'échecs" mais qui n'a pas conscience d'elle, permet déjà des innovations inimaginables il y a une vingtaine d'années et qui laissent espérer "des retombées colossales pour l'économie, la médecine, la comptabilité".


Pour l'ancien ministre de l'Education, qui cite le best-seller de Laurent Alexandre sorti le mois dernier, La Guerre des intelligences, les Français n'ont pas encore compris l'importance d'investir dans ces technologies et la France risque un déclassement dans la course à l'innovation. Avec la concurrence des géants du web, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) côté américain et les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) côté chinois, "on est en voie de colonisation des Etats-Unis et de la Chine", pour l'ancien ministre. Il cite en exemple la Suisse ou Israël, pays les plus innovants dans ce domaine, qui ont un taux de chômage très bas.


Mais le philosophe refuse le discours des partisans du revenu universel, qui assurent que l'essor de l'intelligence artificielle et de la robotisation entraînera irrémédiablement un déclin de l'emploi et un chômage de masse. Pour Luc Ferry, "l'IA va supprimer des tâches mais pas des emplois" car "l'innovation supprime des emplois mais en crée énormément". "Si on avait demandé à Charles X en 1830 ce qu’était un fabricant de GPS ou un conducteur d’autobus, il serait resté le bec  dans l’eau" explique-t-il. 

L'intelligence sera quelque chose d'extrêmement discriminantLuc Ferry

Mais le philosophe prévient que cette intelligence sera "quelque chose d'extrêmement discriminant" et cite en exemple la différence de traitement, de salaires et de condition de travail entre un chercheur du CNRS payé "1500 euros" et un chercheur qui est "acheté" par l'un des GAFA.


L'immense défi pour la société réside dans cette transition dans les années à venir. Cette transition pourrait d'ailleurs permettre à l'Etat de renforcer son rôle dans l'accompagnement des personnes mais également dans l'éducation, la formation et la transmission des savoirs.

Jean-Michel Blanquer annule tout ce que Najat Vallaud-Belkacem a entreprisLuc Ferry

Luc Ferry salue d'ailleurs le travail accompli par Jean-Michel Blanquer, l'actuel ministre de l'Education, qui a notamment compris que la question de la formation était cruciale. "Il reprend des choses que j'ai faites", par exemple le dédoublement des classes préparatoires. "80% des élèves qui n'apprennent pas à lire au CP n'apprennent jamais", explique l'ancien ministre qui estime par ailleurs que l'actuel tenant du poste annule tout ce que Najat Vallaud-Belkacem avait entrepris, dont la fin du redoublement et "l'extermination du grec et du latin".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter