Comment le dispositif Teléphone Grave Danger sauve des victimes de violences conjugales ? Julie témoigne

DirectLCI
TÉMOIGNAGE - Julie, 28 ans, a essuyé les coups de son conjoint pendant deux ans. Malgré de multiples condamnations, son ancien compagnon continue encore aujourd'hui de la menacer. Pour faire face, la jeune femme dispose notamment d'un "Téléphone Grave Danger", fourni par la justice.

Pendant deux ans, elle a subi les brimades et les coups de son conjoint. Des violences qu'elle explique par "une addiction à l'alcool et aux drogues qui l'ont rendu fou". Cette mère de deux enfants a réussi à sortir de cette spirale infernale : Julie* a porté plainte contre son ancien compagnon qui a été condamné à plusieurs reprises. Cette jeune cadre a toutefois dû déménager. Mais sa situation reste précaire et à chaque fois que son ex sort de prison, les menaces recommencent. 


Au micro de LCI, elle explique comment elle tente de se reconstruire. Pour l'y aider, la justice lui a fourni un TGD, un "Téléphone Grace Danger". Au moindre danger, il lui permet d'alerter les secours en activant un simple bouton. Un dispositif qui lui a permis de se sortir d'une situation délicate : alors que son ancien conjoint la menacait, elle a réussi à s'enfuir dans la rue et a lancé l'alerte. "Cinq minutes après, il y avait la police", confie-t-elle.

Comme elle, 289 personnes possèdent aujourd'hui ce téléphone en France. Testé dès 2010 en Seine-Saint-Denis, ce dispositif a été généralisé sur tout le territoire par une loi en 2014. Les victimes de violences conjugales qui en bénéficient peuvent l'activer en cas de présence soudaine de l’ex-conjoint alors qu’il fait l’objet d’une mesure d’éloignement. La police mais aussi le parquet sont aussitôt informés.

En vidéo

VIDÉO - Que faire si on est témoin de violences sur une femme

* Le prénom a été modifié

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter