Lutter contre le "manspreading", en France aussi ? Osez le Féminisme invite les usagères à interpeller la RATP

SOCIÉTÉ

EXCLU - Au coeur d'une campagne de sensibilisation dans les bus de Madrid, le "manspreading" pourrait-il aussi être mis à mal dans les transports français ? C'est dans ce but qu'"Osez le Féminisme" invite les usagères à interpeller la RATP ce jeudi 15 juin, dans une lettre que nous publions en avant-première.

La mobilisation féministe a payé en Espagne, pourquoi pas en France ? A la suite d'une pétition adressée à la mairie de Madrid par le collectif "Mujeres en Lucha", une sensibilisation au "manspreading" sera initiée dans les bus madrilènes à partir de la mi-juin. Cette incivilité, consistant pour les hommes à écarter démesurément les jambes dans les transports en commun, figurera désormais sur le guide des conduites à proscrire à bord, de même que le fait de passer un appel ou de poser ses pieds sur le siège.

Et en France alors ? Ce phénomène, pratiqué sur fond de machisme inconscient, est loin de s'arrêter aux frontières. D'ailleurs, depuis l'initiative madrilène, nombreuses sont les internautes françaises qui dénoncent, photos à l'appui, cette pratique désagréable sur les réseaux sociaux. Pourtant, la sensibilisation face à ce comportement dans les transports d'Ile-de-France, par exemple, ne semble guère au goût du jour. C'est la raison pour laquelle le collectif "Osez le féminisme" a décidé de taper du poing sur la table, ce jeudi 15 juin. Et d'inviter chaque usagère à interpeller la RATP.

"Le syndrome des couilles de cristal"

Dans une lettre que LCI publie en exclusivité, l'association commence par revenir sur une déclaration de la RATP, recueillie par nos confrères de 20 minutes, et donnée, plus tard, mot pour mot à LCI : "Le manspreading n'a pas suscité le besoin d'une campagne spécifique, les plaintes de nos voyageurs portent en premier lieu sur les incivilités relatives à la propreté" peut-on y lire. Qu'à cela ne tienne : Osez le féminisme invite donc chaque usagère des transports franciliens se sentant concernée à envoyer une plainte auprès de la société de transports. 

La plainte-type, pouvant être postée par toutes dans l'espace réservé aux clients du site de la RATP et accompagnée d'une photo, précise ainsi : "Peut-être avez-vous entendu parler de ce phénomène sous son nom francophone, "le syndrome des couilles cristal" (...) Je vous saurais gré de ne plus présager à l'avenir de ce que vivent les femmes dans les transports en commun. Au-delà du ridicule de la catégorie "ambiance et sécurité" dans laquelle je poste le message, je souhaite que vous traitiez enfin la problématique du sexisme dans vos infrastructures". 

"Déni de réalité"

Lire aussi

"La RATP est en plein déni de réalité, incapable de prendre en compte ce que subissent les femmes dans les transports" explique à LCI Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminisme. "Le harcèlement, les agressions, mais aussi le manspreading. Face à leur mépris, on a voulu leur rappeler."

Contacté par LCI, l'entourage de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, indique que la problématique du manspreading "rejoint la question de la répartition de l'occupation de l'espace public entre les hommes et les femmes". "Ce n'est pas qu'une question de strapontin dans les transports, c'est plus large" poursuit-on. La lutte contre le manspreading "participe à la lutte contre les stéréotypes et il faut soutenir toute initiative de ce type". La secrétariat d'Etat n'a pas prévu, néanmoins, de lancer une campagne de sensibilisation à ce sujet, "qui relève davantage du ministère des Transports". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter