Luz : “La charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
CRITIQUE - Selon Luz, dessinateur de Charlie Hebdo, Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski auraient “conchié” certaines attitudes aperçues pendant les manifestations spontanées.

A Charlie Hebdo, certains ont encore bien gardé leur esprit critique. Luz, l'un des dessinateurs "rescapés" de l'attentat meurtrier qui a frappé sa rédaction mercredi, juge "formidable" le soutien dont bénéficie l'hebdomadaire satirique aujourd'hui mais à "contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie", dans un entretien diffusé samedi sur le site internet des Inrocks.

EN SAVOIR + >> Suivez en direct la marche républicaine à Paris

Selon lui, “la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé : détruire les symboles, faire tomber les tabous, mettre à plat les fantasmes", estime-t-il. “Les colombes de la paix et autres métaphores du monde en guerre, ce n'est pas notre truc", explique-t-il.

“Ils auraient conchié ce genre d'attitude"

"On doit porter une responsabilité symbolique qui n'est pas inscrite dans le dessin de Charlie", ajoute Luz. "Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort ", note Luz.

"Je n'étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d'attitude". "On est un journal, on l'achète, on l'ouvre et on le referme. Si des gens postent nos dessins sur Internet, si des médias mettent en avant certains dessins, c'est leur responsabilité. Pas la nôtre", poursuit le caricaturiste.

Un numéro paraîtra mercredi à un million d'exemplaires , contre 60.000 habituellement.

EN SAVOIR +
>> De Nice à Toulouse, l'hommage géant de la France à Charlie Hebdo
>> Les personnalités politiques présentes à la marche
 

Sur le même sujet

Lire et commenter