"Ma vie est entre parenthèses..." : la maman de deux enfants handicapés appelle Macron à l'aide et fait le buzz

"Ma vie est entre parenthèses..." : la maman de deux enfants handicapés appelle Macron à l'aide et fait le buzz

DirectLCI
"HELP MR MACRON, HELP" - Dans une vidéo publiée sur Facebook, la maman de deux enfants handicapés demande une aide au financement de l’école qu’elle a créée, en 2015, pour les jeunes en situation de handicap.

Elle a mis des lunettes de mouche orange, énormes, et parle d’un air bravache. "Quand je suis sérieuse, on ne m’écoute pas. Alors en étant ridicule, peut-être que mon message va passer", commence Carole Bourdais-Savé, dans sa vidéo postée sur Facebook dimanche. De l’humour, au lieu de "pleurer, crier ma colère, ma tristesse et mon désarroi".


Car le message que veut porter Carole est très sérieux. Et elle veut qu’il porte loin, jusqu’au président Emmanuel Macron ainsiq qu'à Matignon. Carole a deux enfants handicapés moteurs cérébraux, Chloé, 17 ans, et Eliot, 9 ans. En  2015, cette habitante d’Hénansal, dans les Côtes d’Armor, a fondé une école d’éducation constructive, la Maison des escargots, à Plédéliac, en charge de l’éducation d’enfants handicapés. Depuis trois ans, une quarantaine d’enfants, âgés de 18 mois à 17 ans, sont passés dans cette structure.

Mais cette structure, non reconnue par l’Agence régionale de santé, est portée à bout de bras par Carole et quelques bénévoles. Elle a un coût de fonctionnement de 75.000 euros par an, mais ne reçoit aucune aide. Et c’est là l’objet du coup de gueule, ou d’appel à l’aide de Carole : qu’on l’aide, qu’on lui donne de l’argent, pour "continuer cette aventure, et créer un autre centre".

En vidéo

ARCHIVES - La delphinothérapie, une méthode porteuse d'espoir pour les enfants handicapés

Car la Maison des escargots "est un centre financé par personne", dit Carole, dans la vidéo. "C’est triste, ballot, car il y a une loi pour ça, elle date même de 1975, en faveur des personnes handicapées." Place, donc, au bidouillage, chaque année, pour amasser des fonds. "On fait des kermesses, des lotos, on fait des trucs extra, on s’éclate, mais est-ce que c’est le but de s’éclater et d’y laisser des plumes ? Parce qu’on se crève à la tâche", dit Carole. "Parce que deux enfants handicapés, on les a ‘all the time’, ça fait 17 ans que ma vie est entre parenthèses. J'espère que les 17 prochaines seront meilleures, et je voudrais qu’on arrête de faire comme si on n’existait pas."

Si elle interpelle ainsi Emmanuel Macron, c’est parce que c’est son dernier recours. Et ce mercredi, le président était en déplacement  non loin de là, en terre bretonne. "Ma première idée était de me débrouiller pour aller vers vous, pleurer, crier, ma colère, mon désarroi, mon injustice. Et en fait je n’ai ni le temps ni l’énergie et ça ne me plait pas du tout, donc je vais croiser les doigts pour que cette vidéo arrive jusqu’à vous."


La vidéo a bien voyagé, et fait son petit buzz sur les réseaux sociaux, avant d’être reprise par les médias locaux, puis nationaux. La maman passionnée a reçu des centaines d’encouragements. Mais, raconte Carole à LCI, "pas de réponse malheureusement, malgré ce buzz qui me dépasse", du principal destinataire. Carole en a vu d'autres, sûrement. Alors elle promet "de ne rien lâcher". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter