Magasins Pimkie : le projet de ruptures conventionnelles collectives est "abandonné"

Magasins Pimkie : le projet de ruptures conventionnelles collectives est "abandonné"

SOCIAL - Le projet de "ruptures conventionnelles collectives" mis sur pied par la direction des magasins de prêt-à-porter Pimkie vient d'être abandonné, selon des sources syndicales à l'AFP. L'entreprise était la première à tester cette nouvelle disposition des ordonnances Macron modifiant la loi Travail.

Selon des sources syndicales à l'AFP, le projet de ruptures conventionnelles collectives pour les salariés des magasins Pimkie a été "abandonné". Dans cette enseigne de prêt-à-porter du groupe Mulliez, les représentants du personnel s'étaient mis vent debout contre cette nouvelle disposition des ordonnances Macron modifiant la loi Travail.

Pimkie figurait ainsi parmi les premières entreprises françaises, avec PSA,  à donner le coup d'envoi de ces "ruptures conventionnelles  collectives". Lundi 8 janvier, la direction avait confirmé sa volonté de supprimer 208 postes et 37 magasins en trois ans. Pour les délégués syndicaux, il s'agissait là d'un "plan social déguisé". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 6000 personnes toujours en réanimation

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

Deux jeunes retrouvés morts après être partis en randonnée au Piton de la Fournaise

Minute par minute, comment suivre le décollage de Thomas Pesquet à bord de SpaceX

Fin des vacances scolaires : y aura-t-il une tolérance pour les déplacements le week-end des 24 et 25 avril ?

Lire et commenter