Mais au fait, pourquoi le drapeau français est-il bleu, blanc, rouge ?

Mais au fait, pourquoi le drapeau français est-il bleu, blanc, rouge ?

DirectLCI
UN PEU D'HISTOIRE - Metronews s'est posé cette question toute bête, alors que François Hollande invite les Français à accrocher un drapeau tricolore à leur fenêtres vendredi matin, lors de la cérémonie qui rendra hommage aux victimes des attentats de Paris aux Invalides. Explications.

Ses ventes s'envolent, les réseaux sociaux ou les monuments du monde entier se parent de ses couleurs et, désormais, François Hollande en personne demande aux Français de "pavoiser" leur domicile avec lui. Le drapeau français, souvent décrié et rarement arboré au-delà du fronton des bâtiments officiels, du cercle des anciens combattants ou des supporters de foot, suscite un tout nouvel engouement depuis les attentats de Paris. Mais beaucoup d'entre nous peuvent avoir oublié sa signification.

"L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge", peut-on lire dans l'article 2 de la Constitution de la Ve République. Pourquoi ces trois couleurs ? Si l'on vous pose la question, vous répondrez sans doute qu'elles sont liées à la Révolution. Et vous aurez raison. "Le drapeau tricolore est né de la réunion, sous la Révolution française, des couleurs du roi (blanc) et de la ville de Paris (bleu et rouge)", indique l'article qui y est consacré sur le site de l'Elysée . Pour raconter son histoire, il faut toutefois largement employer le conditionnel car, comme le souligne le même article, celle-ci reste "encore largement méconnue", ce qui "laisse la place à de multiples récits et anecdotes".

Rouge, blanc, bleu avant d'être bleu, blanc rouge

Tenons en nous donc ici à la version la plus répandue. On attribue généralement la paternité des trois couleurs au Marquis de La Fayette : il raconte dans ses mémoires que c'est lui qui, trois jours après la prise de la Bastille, a ajouté le blanc royal à la cocarde bicolore de la Garde Nationale, cette milice populaire qui venait de se créer en choisissant comme signe distinctif les couleurs traditionnelles de la capitale, le rouge et le bleu donc (la première étant associée à la dynastie des Carolingiens, la seconde à celles des Capétiens). Il aurait convaincu Louis XVI de la porter pour se présenter à l'Hôtel de Ville de Paris et reconnaître cette Garde Nationale. On peut donc y voir un signe de réconciliation entre le peuple et le roi ou plutôt, au vu du sort qui attendait celui-ci, d'un roi encerclé par le peuple.

Lorsque l'Assemblée constituante décide ensuite, à l'automne 1790, que tous les vaisseaux de guerre et navires de l'Hexagone porteront désormais un pavillon formé de ces trois couleurs, elles sont encore dans le désordre par rapport à aujourd'hui : notre symbole du patriotisme était alors rouge, blanc, bleu. Mais les couleurs étaient déjà disposées dans un sens vertical pour ne pas, dit-on, les confondre avec celles du pavillon néerlandais, lui aussi rouge, blanc, bleu, mais à l'horizontal. Quatre ans plus tard en revanche, le 15 février 1794, c'est le drapeau tricolore sous sa forme actuelle que la Convention nationale décrète pavillon officiel de la France : selon la légende, c'est le peintre Jacques-Louis David qui aurait déterminé cet ordre.

À LIRE AUSSI
>>
Après les attentats de Paris, le retour en grâce du drapeau français
>>
VOTEZ - Etes-vous prêt à accrocher un drapeau français à votre fenêtre ?

Le drapeau tricolore disparaîtra ensuite - l'étendard de la France redevenant blanc - avec le retour de la monarchie, avant de retrouver des couleurs puis d'être à nouveau menacé lors de la Révolution de 1848 : les insurgés lui préféraient un étendard totalement rouge. "Si vous m'enlevez le drapeau tricolore, sachez le bien, vous enlevez la moitié de la force extérieure de la France...", car tous deux sont "une même pensée, un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis", leur lance alors le poète Lamartine. Depuis, malgré les aléas de l'Histoire et les changements de régime, plus aucun obstacle ne s'est hissé sur la route de la bannière bleu-blanc-rouge.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter