Maltraitance animale : la vidéo choc de la souffrance des lapins angoras

DirectLCI
MALTRAITANCE - Une vidéo a été tournée dans un élevage de lapins angoras par l'association One Voice, dans le but de dénoncer les actes de cruauté envers les animaux. Sa présidente, Muriel Arnal, demande à Stéphane Le Foll, ministre d'interdire ces pratiques.

Après l'association L214 et ses vidéos tournées en secret dans les abattoirs français, c'est au tour du collectif One Voice de se mettre à l'enquête d'infiltration pour dénoncer les actes de cruauté envers les animaux.


Voici deux semaines, l'association a mis en ligne une vidéo tournée dans six élevages de lapins angoras, à travers la France. Les images, dures, montrent des animaux brusqués, attachés et violemment pelés de leur fourrure. Les animaux, tondus, sont ensuite remis dans leurs cages. Contrairement aux bêtes filmées par L 214 sur diverses chaînes de tuerie, la plupart de ces lapins sont maintenus en vie pour être tondus trois fois par an.

Nous n'en voulons pas aux éleveursMuriel Arnal

Contactée par LCI, Muriel Arnal, présidente et fondatrice de One Voice, assure qu'elle ne donnera pas les noms des élevages dans lesquels les images ont été tournées, en caméra cachée. "C'est toute la filière qui est à remettre en question" nous dit-elle. "Nous avons tourné dans des ateliers amateurs comme chez des professionnels et à chaque fois, la souffrance des lapins est la même." 


"Nous n'en voulons pas aux éleveurs", ajoute encore Muriel Arnal. "Nous ne souhaitons pas les stigmatiser. En revanche, nous sommes prêts à les aider dans leur reconversion. D'ailleurs, nous demandons à Stéphane Le Foll d'interdire le commerce de la laine des lapins angoras". Quelle reconversion envisage-t-elle pour les éleveurs ? Muriel Arnal confie n'avoir "pas encore étudié la question". Mais souligne que, comme souvent, la responsabilité revient d'abord au consommateur. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter