Maltraitance animale : les caméras obligatoires dans les abattoirs en 2018 ?

Maltraitance animale : les caméras obligatoires dans les abattoirs en 2018 ?

SOCIÉTÉ
DirectLCI
ANIMAUX - Après les différents scandales de maltraitance révélés par les caméras cachées de l’association L214, l’Assemblée a voté jeudi soir l'obligation d'installer des caméras dans les abattoirs à partir du 1er janvier prochain. Le texte doit maintenant être étudié au Sénat.

A la surprise générale, les députés, qui examinaient jeudi une proposition de loi pour limiter la souffrance animale dans les abattoirs, ont voté dans la soirée l'obligation d'y installer des caméras à partir de janvier 2018. 


Cette mesure sera précédée d’une expérimentation qui débutera en juillet. Elle devra permettre "d'évaluer l'opportunité et les conditions de la mise en place" des caméras, ont fait préciser les socialistes, via un amendement à la proposition de loi pour le "respect de l'animal en abattoir" portée par le député Olivier Falorni.  Le texte du député divers gauche a en effet obtenu le ralliement du PS et du gouvernement.  "Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations (...) Actons le fait que ça va se généraliser", a expliqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. Jusqu’ici, il s'était montré prudent sur une telle mesure, invoquant le "respect des travailleurs" dans les abattoirs et la crise de l'élevage". 

Les images conservées un mois

Les responsables de la protection animale, les représentants du personnel et les personnes habilitées et désignées par l'établissement ainsi que les services de contrôle officiels auront accès aux images enregistrées. Ces derniers ne pourront être conservées plus d'un mois. 


L’installation des caméras devrait satisfaire les associations de protection des animaux,  notamment l'association L214, à l'origine des scandales avec ses vidéos en caméra  cachée. A l’opposé, certains à droite affirment que "les petits abattoirs disparaîtront" avec cette mesure.


Le Sénat devrait examiner à son tour cette proposition de loi en février. Objectif : obtenir un vote définitif avant début

mars, date à laquelle cesseront les travaux de l'actuelle législature pour cause de campagnes électorales pour la

présidentielle et les législatives. 

En vidéo

Abattoirs : rencontre avec un établissement opposé à la maltraitance

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter