Manif anti-loi Travail du 26 mai : Romain D., 28 ans, est sorti du coma

SOCIÉTÉ
ENQUÊTE - Le 26 mai dernier, Romain D., photographe de profession, était grièvement blessé à Paris alors qu’il couvrait une manifestation anti-loi El Khomri. Depuis, des images filmées de la scène laissent entendre que le jeune homme pourrait avoir été blessé par une grenade lancée par un policier. Ce lundi 6 juin, on apprend que Romain D. va mieux : le jeune homme de 28 ans est sorti du coma. Les enquêtes ouvertes depuis les faits sont elles toujours en cours.

Les images, filmées par différents témoins, font froid dans le dos. Il est 18h50 lorsque ce jeudi 26 mai, Porte de Vincennes à Paris, Romain D., 28 ans, s’écroule au sol, en pleine manifestation contre la loi Travail. Le photographe indépendant a été grièvement blessé à la tête. Les images de la scène laissent penser qu’il a pu être touché par une une grenade désencerclante, lancée par un policier non loin de lui. 

 >> La scène démarre à partir de 2min20 :

>> Un autre angle de la scène, plus précis : 

>> Cette vidéo, captée par la télévision russe, offre également un autre angle de la scène (à partir de 5.20.05)

A sa montée dans l’ambulance, Romain D. a les yeux ouverts et esquisse un sourire. Mais rapidement, son état se serait détérioré. A son arrivée à l’hôpital de la Pitié-Salpetrière, les médecins l'opèrent et le plongent dans un coma artificiel, le jeune homme souffrant d’un œdème cérébral et d’un enfoncement de la boîte crânienne, ce qui peut provoquer d'importantes séquelles.

Le policier toujours pas entendu

Bonne nouvelle ce lundi 6 juin : une source policière indique à metronews que le jeune homme est sorti du coma et se porte mieux. Une information également révélée par l’Express , qui a pu s’entretenir avec deux proches du jeune homme. Mais l’état de Romain D. n’a pas encore permis qu’il soit entendu par les policiers, dans le cadre des deux enquêtes (administrative et judiciaire) ouvertes depuis les faits. Le Défenseur des droits a également été saisi.

Est-ce bien la grenade du policier qui est à l’origine de ses blessures, ou le projectile lancé par un manifestant, hypothèse émise depuis le départ par les forces de l’ordre ? L'utilisation de la grenade à main de désencerclement était-elle réellement justifiée ? Pour rappel, la circulaire sur la question stipule qu'elle peut-être utilisée "lorsque les forces de l'ordre se trouvent en situation d'encerclement prises à partie par des groupes violents ou armés". Etait-ce vraiment le cas, au regard des différentes vidéos filmés à ce moment-là ?
 
En attendant, selon nos informations, le policier qui a lancé la grenade n’a toujours pas été entendu. Il pourrait l'être dans "les jours à venir", nous indique une source proche du dossier. Il n'a pas non plus été suspendu, mais réaffecté dans "un service moins exposé".
Lire et commenter