Manif contre la "haine anti-flics" : les policiers mal aimés, vraiment ?

SOCIÉTÉ

FORCES DE L'ORDRE - Cibles de violences et eux-même accusés d'en être les auteurs en marge de la mobilisation contre le projet de loi Travail, les policiers sont appelés à manifester mercredi midi en France pour dénoncer la "haine anti-flics", une première. Mais selon un sondage Odoxa publié par Le Parisien, 82% des Français ont une bonne opinion de la police.

"Tout le monde déteste la police", "un policer, une balle"… Certains slogans radicaux aperçus ces dernières semaines lors de la mobilisation contre la loi Travail ont ulcéré les forces de l'ordre, qui ont fait face à des affrontements en marge des cortèges, et ont elles-mêmes été accusées de violences. Les puissants syndicats de police appellent donc leurs troupes, hors service et en civil, à des rassemblements statiques dans une soixantaine de villes mercredi.

Tout le monde déteste la police ? Pas vraiment, si l'on en croit un sondage paru dans les colonnes du Parisien au matin de cette manifestation inédite. Selon cette enquête réalisée par l'institut Odoxa, quelque 82% des Français en ont une bonne opinion. Malgré les polémiques sur de présumées violences policières (une trentaine d'enquêtes ont été ouvertes), les forces de l'ordre conservent ainsi le niveau de popularité élevé constaté à l'issue des attentats djihadistes en 2015 : ce sondage s'inscrit dans le prolongement de ceux réalisés en janvier 2016 (83%) et en février 2015 (82%), bien au-dessus du taux affiché en octobre 2014 (65%).

EN SAVOIR + >>  "Sous le casque, il y a un être humain"

"L'image exceptionnelle de la police est toujours intacte" mais...

Dans le détail, les bonnes opinions sont largement majoritaires même dans les secteurs traditionnellement les moins favorables : jeunes de 18 à 24 ans (76%), adultes de 25 à 34 ans (69%) et sympathisants de gauche (76%). Pour les sondés, les policiers sont efficaces (72%), mais ils ne traitent pas chaque citoyen de la même manière selon son origine (55%). Et plus de neuf Français sur dix (91%) affirment comprendre leur "ras-le-bol", entre état d'urgence, les menaces d'attentats, le mouvement Nuit debout et les manifestations contre la loi Travail.

"Notre sondage montre que l'image exceptionnelle de la police est toujours intacte, alors même que les images de violences se sont multipliées à la suite des heurts avec des casseurs en marge de Nuit debout", a analysé Gaël Sliman, président d'Odoxa. Cependant, alors que davantage de sondés évoquent l'inquiétude (20%, en hausse) que la sympathie (14%, en baisse) comme sentiment prioritaire quand ils pensent à la police, Gaël Sliman a également souligné que "si le sentiment spontané à l'égard de la police est toujours très positif, il commence à se dégrader sensiblement à mesure que les images 'choc' se succèdent à la télévision".

EN SAVOIR +
>> 
"Du coup, c'est nous qui encadrons ?" : l'appel de la police à manifester moqué sur Twitter
>> 
Pour empêcher les violences, Alliance propose d'"assigner les casseurs à résidence"
>>  Manif contre la haine anti-flics : la déclaration d'amour de la droite sur Twitter >> Une voiture de police incendiée : enquête ouverte pour tentative d'homicide 


 
Lire et commenter