Manif pour Gaza à Paris : quelle sécurité pour le défilé de mercredi ?

MANIFESTATION – Après les nombreux heurts qui ont eu lieu ce week-end lors de manifestations pro-palestiniennes interdites, la préfecture a finalement décidé de ne pas interdire un nouveau défilé mercredi à Paris. Malgré quelques tensions, les organisateurs assurent être à la fois "sereins" et "vigilants".

Manifestation sous tension. Après les nombreux heurts qui ont eu lieu samedi à Paris et dimanche à Sarcelles lors de manifestations pro-palestiniennes interdites, la préfecture de police de Paris a finalement décidé de ne pas interdire celle de mercredi. Des centaines de personnes pourront donc défiler à partir de 18h30 entre la place Denfert-Rochereau et les Invalides.

Une sécurité renforcée

Après les nombreux affrontements qui ont eu lieu, les organisateurs se disent "évidemment" vigilants. "Chaque cortège aura son service d'ordre, mais nous n'avons aucune inquiétude car cette fois-ci le parcours est tracé et autorisé", nous assure Alain Pojolat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui défilera aux premières loges. "Nous sommes sereins car s'il y a des débordements, ils ne pourront pas provenir de la manifestation, mais d'éléments en dehors, soit de casseurs, soit de militants de la Ligue de défense juive (LDJ) ", ajoute-t-il.

Même avis du côté de la CGT qui précise que sa centrale fournirait peut-être "quelques camarades pour le carré de tête, pour que tout se passe bien". "Mais il n'a jamais été question que la CGT encadre complètement la manifestation, comme je l'ai découvert ce matin dans les journaux", a insisté Laurent Pagnier, secrétaire de l'Union régionale Ile-de-France de la CGT. "Ce sont les pouvoirs publics qui sont censés protéger la manifestation".

"Nous chasserons tous les antisémites"

Les services d'ordre des différents cortèges – NPA, EELV, CGT, France Palestine solidarité, Solidaires, PG... - auront tous des brassards reconnaissables et suivront les instructions de la préfecture. Ils ont ainsi accepté de défiler à partir de 18h30 à Denfert-Rochereau et de disperser les manifestants à 21h aux Invalides. La préfecture de police, qui n'a pas encore arrêté son dispositif, promet un encadrement "conséquent", selon un responsable contacté par metronews. Quelque 1500 policiers étaient mobilisés samedi dernier à Paris.

Si de violents slogans étaient scandés à Barbès samedi ou à Sarcelles , les organisateurs promettent toutefois qu'il n'y aura "rien de tout cela mercredi". "Aucune revendication trop violente ne sera tolérée. Nous chasserons tous ceux qui auront des slogans antisémites. Et ceux qui se réclameraient de la mouvance d'Alain Soral ou de Dieudonné ", prévient le NPA.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 390.000 cas positifs en 24h, nouvelle hausse des contaminations

"Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.