Manif pour tous : les enjeux de la mobilisation en cinq questions

Manif pour tous : les enjeux de la mobilisation en cinq questions

Société
DirectLCI
SOCIÉTÉ - Des dizaines de milliers de partisans de la Manif pour tous, remontés contre une supposée "théorie du genre" et la "familiphobie" du gouvernement, sont attendus dimanche à Paris et à Lyon. Metronews décrypte les enjeux d'une journée sous haute tension.

Les drapeaux roses et bleus vont fleurir une nouvelle fois dans les rues de Paris. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues dimanche après-midi par les organisateurs de la Manif pour tous qui, après avoir combattu le mariage homosexuel, veut défendre sa vision de la famille.

Quelles sont leurs revendications ?
Les partisans de la Manif pour tous ont un nouveau combat : l'ouverture redoutée de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et la gestation pour autrui (GPA). Dans le viseur des manifestants, le futur projet de loi sur la famille qui doit être présenté en avril en Conseil des ministres. Celui-ci ne prévoit pourtant aucun de ces projets. Mais la mobilisation vise à "avertir le gouvernement", assure l'organisation.

L'ABCD de l'égalité, visant à lutter contre les stéréotypes entre filles et garçons à l'école, a aussi déclenché les foudres de l'association. " Elle réclame le retrait "immédiat" de cette expérimentation du ministère de l'Education en œuvre dans dix académies. Cette semaine, de nombreux parents ont préféré ne pas conduire leurs enfants à l'école pour marquer leur opposition à ce programme.

Faut-il s'attendre à une forte mobilisation ?
La police attend 80.000 à 100.000 manifestants , les organisateurs parlent de 200.000 personnes. Après des négociations serrées avec la préfecture de police de Paris, un accord a été trouvé vendredi sur le parcours de la manifestation qui ira de la place de l'Ecole militaire (VIIe arrondissement) à la place Denfert-Rochereau (XIVe). Un autre rassemblement est prévu à Lyon et d'autres actions de moindre ampleur dans plusieurs villes d'Europe.

Des huissiers seront-ils présents dans le cortège ?
L'association, affirmant qu'elle redoutait "des interpellations en nombre (...) à l'aveugle contre d'honnêtes citoyens", avait obtenu jeudi sur ordonnance que deux huissiers soient dans le cortège pour constater notamment l'attitude des forces de l'ordre et "relever d'éventuelles atteintes à la liberté individuelle". La préfecture de police a contesté cette décision en référé, y voyant"une atteinte à la séparation des pouvoirs" et un "contrôle a priori des actes de l'administration". Le juge des référés a donné gain de cause à la police samedi. La Manif pour tous "mandatera néanmoins par elle-même des huissiers comme elle en a le droit pour constater la bonne tenue de sa manifestation".

Faut-il s'attendre à des débordements ?
Une semaine après la forte mobilisation contre le gouvernement, baptisée "Jour de Colère", et les débordements qui ont suivi - 19 policiers blessés, 226 gardes à vue - , le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a prévenu samedi qu'il ne tolérerait "aucun débordement" de la part des manifestants. A Paris, de 2.000 à 3.000 forces de l'ordre sont prévues pour assurer la sécurité. De son côté, la Manif pour tous a mobilisé un millier de bénévoles pour assurer l'accueil, un service de sécurité de plusieurs centaines de personnes et plusieurs dizaines d'agents privés.

Et Frigide Barjot dans tout ça ?
Frigide Barjot, exclue du mouvement après des tensions internes et qui a depuis créé L'Avenir pour Tous, ne participera pas à la manifestation dimanche. Dans un manifeste, elle a déploré samedi une "radicalisation idéologique" constatée lors de manifestations récentes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter