Manifestations pour la "chasse traditionnelle" : les chasseurs sont-ils vraiment représentatifs de la "ruralité" ?

Des milliers de chasseurs ont manifesté ce samedi dans plusieurs villes de France pour défendre des chasses traditionnelles, jugées illégales par le Conseil d'État, alors que le gouvernement vient de faire un geste envers cet électorat très courtisé.

OPINION - Les manifestants réunis ce samedi pour défendre certaines pratiques de chasses traditionnelles d'oiseaux, jugées illégales par le Conseil d'État, se sont aussi placés en gardien de la "ruralité". Pourtant, la chasse est loin, très loin de faire l'unanimité dans les campagnes.

"Il ne faut pas aller trop loin vis-à-vis du monde rural, sinon ça va exploser." C'est l'avertissement lancé par Willy Schraen, le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC). Au-delà de dénoncer l'interdiction de certaines pratiques de chasses traditionnelles, jugées illégales par le Conseil d'État, les manifestants réunis ce samedi 18 septembre à travers le pays étaient aussi-là pour défendre "la ruralité".

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

En manifestant, les chasseurs voulaient ainsi se faire les porte-parole d'"un monde rural qui se sent menacé", comme l'a expliqué Régis Hargues, directeur de la fédération des chasseurs des Landes, à l'AFP. Mot d'ordre repris par Xavier Bertrand. Dans le cortège, le président de la Région Hauts-de-France et candidat à l'élection présidentielle s'est placé en défenseur de cet électorat très courtisé, lançant aux micros que "la ruralité, on la respecte, les ruraux on les respecte". Mais la colère des chasseurs fait-elle vraiment écho aux préoccupations du monde rural ?

47% des ruraux opposés à la chasse

Pas si l'on en croit le dernier sondage sur la question. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'opinion sur la chasse des personnes habitant en milieu rural se rapproche en fait de celle des citadins. C'est ce qui ressort de la dernière enquête sur l'opinion des Français à l'égard de cette pratique, conduite par Ipsos du 3 au 6 septembre. Il en ressort en effet que si plus d'un citadin sur deux est opposé à la chasse (52%), une proportion comparable des habitants des campagnes n'y est pas non plus favorable (47%). Surtout, seuls 26% d'entre eux se disent "favorables" à cette pratique. Dans le détail, on note une forte progression de certains arguments anti-chasse chez les habitants de milieu rural. Par exemple, 64% des personnes interrogées considèrent que c'est "une pratique cruelle".

Lire aussi

C'est aussi le milieu rural qui est le plus impacté par cette activité, jugée dangereuse. 80% d'entre eux pensent ainsi que la chasse pose des problèmes "de sécurité pour les promeneurs, lors de ballades dans la nature". Une inquiétude qui modifie leurs pratiques. Les trois quarts des Français habitant à proximité d'une zone de chasse (76%) confient avoir déjà évité de se promener en forêt ou dans certaines zones "par peur d'un accident de chasse". Si la majorité (55%) des personnes interrogées estiment tout de même que la chasse "représente le mode de vie rural", reste que la pratique ne fait plus l'unanimité dans les campagnes françaises.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter :  notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

PHOTOS - Miss France 2022 : de l'Alsace à Tahiti, découvrez la Miss de votre région

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.