Face à l'antisémitisme, faut-il rendre des versets du Coran obsolètes ? "Il faut changer de perception, pas de texte"

DirectLCI
INTERVIEW – Le manifeste contre le nouvel antisémitisme, publié dimanche dans Le Parisien, demande aux autorités musulmanes "de frapper d’obsolescence certains versets du Coran". Une proposition qui ne convainc pas Tareq Oubrou, imam à la mosquée de Bordeaux.

Il dénonce une "épuration ethnique à bas bruit" dans certains quartiers. Le manifeste "contre le nouvel antisémitisme", publié dimanche dans Le Parisien et signé par 300 personnalités, n’est évidemment pas passé inaperçu. Si l’antisémitisme perdure - voire s'intensifie - encore en France en 2018, c’est notamment en raison, selon ses auteurs, de l’aveuglement de la société française sur les causes de ce fléau. Ils déplorent que "la radicalisation islamiste – et l’antisémitisme qu’elle véhicule – (soit) considérée exclusivement par une partie des élites françaises comme l’expression d’une révolte sociale". Ils réclament ainsi "que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques".


Or, pour Tareq Oubrou, imam à la mosquée de Bordeaux, le mal ne provient pas du texte mais de l’interprétation qui en est faite. A ses yeux, un travail de pédagogie serait plus judicieux et pertinent pour lutter efficacement contre l’antisémitisme. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter