Manuel Valls les augmente : combien gagnent vraiment les instituteurs en France ?

Manuel Valls les augmente : combien gagnent vraiment les instituteurs en France ?
SOCIÉTÉ

ZOOM – Manuel Valls a annoncé mardi une hausse de 800 euros de la prime annuelle perçue par les professeurs des écoles, pour atteindre le même niveau que la prime touchée par leurs collègues du secondaire. Mais au fait, combien gagnent-ils à l'heure actuelle ?

Ils sont "fiers" et "motivés" mais de plus en plus frustrés, 83% d'entre eux se disant mécontents de leur salaire. Le gouvernement a tenté mardi de d'atténuer cette insatisfaction généralisée chez les professeurs des écoles, mesurée dans un sondage Harris interactive* publié en décembre, en faisant des annonces sur leur rémunération. "Oui, les enseignants du premier degré vont être augmentés", avait promis Najat Vallaud Belkacem dans une interview publiée ce week-end par le JDD . C'est chose faite : Manuel Valls a annoncé mardi une hausse de 800 euros de la prime annuelle des instituteurs dès la rentrée 2016. Ce qui constitue une harmonisation avec la prime touchée par les professeurs de collège et de lycée.


De 1640 euros à près de 3000 euros par mois
Selon le rapport 2015 sur l'état de la fonction publique et les rémunérations , le salaire mensuel net moyen dans le premier degré, en maternelle et en primaire donc, était jusqu'ici de 2187 euros, contre 2736 euros pour les professeurs du second degré. Un écart qui s'expliquait notamment par l'écart entre les primes touchées. En outre, les instituteurs partent à la retraite cinq ans plus tôt, à 55 ans, ce qui contribue aussi à des rémunérations moindres.

En outre, les instituteurs doivent travailler plusieurs années avant d'atteindre ce salaire moyen. En début de carrière, assure le site du ministère de l'Éducation nationale , ils gagnent 1640 euros net par mois (2000 euros brut). Après dix ans, le salaire est compris entre 1879 euros et 2016 euros net. Le maximum, après 30 ans de carrière, s'élève à 2973 euros net (3218 euros brut).

EN SAVOIR + >> Salaires des profs : combien sont vraiment payés les enseignants

Une indemnité jusqu'ici trois fois moindre qu'au collège et au lycée
C'était depuis de nombreux mois l'une des principales revendications des instituteurs : ils réclamaient la revalorisation de leur Indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves (ISAE), créée en 2013. D'un montant de 400 euros annuels, elle faisait pâle figure face à celle de leurs collègues du secondaire, qui en perçoivent une trois fois supérieure - et ce de leur côté depuis 1989 -, leur Indemnité de suivi et d'orientation des élèves (ISOE) s'élevant à 1200 euros. Ce sont ces bonus qui ont été revus à la hausse mardi. 

Des salaires inférieurs à leurs collègues européens
L'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pointe régulièrement du doigt la faiblesse du revenu de nos enseignants, et en particulier de ceux du primaire, par rapport à celui de nos voisins européens. Selon son rapport Regards sur l'éducation 2015 , les instituteurs français touchent en effet 12% de moins que la moyenne des pays de l'OCDE. Un écart qui monte, par exemple, à 68% avec l'Allemagne.

* Réalisé en ligne en décembre 2015 auprès de 5555 enseignants par l’institut Harris Interactive pour le SNUipp-FSU

EN SAVOIR + >> Grève du 26 janvier : le point sur la situation

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attaque à la basilique de Nice : "C'est la France qui est attaquée", dénonce Macron

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Covid-19 : les députés approuvent le reconfinement à une très large majorité

Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent