Marc Levy et Bernard Pivot s’écharpent sur Twitter à propos de l’écriture inclusive

Marc Levy et Bernard Pivot s’écharpent sur Twitter à propos de l’écriture inclusive

DirectLCI
TWEETCLASH - Le président de l'académie Goncourt Bernard Pivot, fervent opposant à l'écriture inclusive, s'est fendu d'un tweet ce vendredi autour de l'auteure Colette. Un message de quelques lignes qui n'a pas manqué d'agacer l'écrivain Marc Levy, qui lui a directement répondu.

"Colette est l'une de nos grandes écrivaines. Colette est l'un de nos grands écrivains. La seconde formulation est plus flatteuse, non?" C'est qu'a écrit cevendredi sur Twitter le président de l'Académie Goncourt Bernard Pivot. Une prise de position claire contre l'écriture inclusive qu'il avait déjà jugée d'"insupportable" sur France Inter le 2 novembre dernier.


Quelques heures après avoir posté son message, retweeté près de 2000 fois, Bernard Pivot a eu le droit à une réponse de l'écrivain Marc Levy en personne, en désaccord total avec lui. "Non, au contraire, lui répond-t-il. Et je ne vois pas pourquoi elle le serait". Réponse de Bernard Pivot : "Parce qu'il est plus flatteur d'être un grand écrivain, tous sexes confondus, que de l'être seul".


On pourrait penser que le débat s'arrête là, mais que nenni. Marc Levy relance les hostilités : "Juste, mais alors pourquoi le masculin représente-t-il toujours l'union des deux sexes, s'interroge l'écrivain. Imaginons que l'on dise de Camus qu'il était une immense écrivaine... cela semblerait bien étrange". 


Ce à quoi Bernard Pivot lui rétorque : "Il est de tradition dans la langue française que le masculin englobe le féminin. Aux armes citoyens : un appel aux hommes et aux femmes". Fin de débat.

Selon ses promoteurs, l'écriture inclusive est un outil destiné à lutter contre les stéréotypes liés aux sexes et les inégalités entre les femmes et les hommes. Outre la féminisation des noms, elle prône également l'utilisation à égalité du féminin et du masculin, en écrivant par exemple des ingénieur.e.s ou des salarié.e.s. C'est ce qu'on appelle l'écriture épicène.

En vidéo

Écriture inclusive : les défenseur·seuse·s et des les détracteur·euse·s

Interrogée au sujet de l'écriture inclusive, Marlène Schiappa s'était dite "très favorable à féminiser le langage", à dire par exemple "celles et ceux, les Françaises et les Français, les policières et les policiers etc", afin de "ne pas 'invisibiliser' les femmes", affirmant toutefois ne pas adhérer "au point médian". 


L'Académie française avait été plus loin, qualifiant l'écriture inclusive de "péril mortel" pour la langue française.

Plus d'articles

Sur le même sujet