Marc Trévidic : "Daech va profiter de l’effervescence de l'élection présidentielle"

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

Elections présidentielles

VIGILANCE - Interrogé sur la question de la sécurité par Audrey Crespo-Mara ce jeudi matin sur LCI, l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a estimé que la période électorale serait propice à l'organisation d'attentats terroristes. "Le pire est à venir" a-t-il prévenu.

Faut-il redouter de nouvelles attaques terroristes en France ? La question qui occupe l’esprit de tous les Français a été posée ce jeudi matin à l’ancien juge antiterroriste, Marc Trévidic. Désormais cantonné aux Affaires familiales à Lille, celui qui avait prédit "une année 2017 épouvantable" dans une interview accordée à RTBF s’est expliqué sur le plateau de LCI ce jeudi matin. 


Selon lui, Daech pourrait "profiter de l’effervescence de l’élection présidentielle", qui suscite toujours "beaucoup d’intérêts chez les français", pour commettre un nouvel attentat. "C’est un spectacle réjouissant pour eux, explique-t-il. Les gens sont chauds à cette période". Comprendre : réactifs et émotifs. 



En vidéo

Marc Trévidic : "Je pense que l'Etat islamique va profiter de l'effervescence de l'élection présidentielle"

Pour consolider son hypothèse, Marc Trévidic évoque "l’attentat de Madrid", survenu le 11 mars 2004. A l’époque, 200 personnes et 1900 blessés avaient été recensés après l’explosion de plusieurs bombes dans des trains de banlieue. L’Espagne avait alors retiré ses troupes de la coalition formée par 35 nations autour des Etats-Unis en Irak, lorsque le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero avait été élu président, note Marc Trévidic. Selon lui, Daech pourrait cultiver le même espoir. 

Ces sujets sensibles

Le burkini, pour lequel Nicolas Sarkozy a proposé de modifier la Constitution et la demande de Laurent Wauqiez de remettre la liste des fichés S aux Présidents de régions, sont autant de sujets de société capables d'alimenter l'argumentaire des terroristes. A cela, Marc Trévidic apporte une nuance. 


Déja sur "le principe d'égalité que sucite la Constitution". A ce titre, "il faudra expliquer aux Juifs pourquoi ils ne doivent plus porter la kippa". Ensuite, sur les fiches S : "Les Français s’imaginent que ces fiches S sont très sérieuses. C'est une fiche de surveillance. Parfois ce n’est qu’un seul renseignement des services étrangers, dont on ignore la viabilité. S’il n’y a pas d’enquête derrière la fiche S, ça peut être excessif de ne se fier qu’à ça". 

En vidéo

Marc Trévidic sur l'inscription du burkini dans la Constitution : "Il faut clairement poser le principe d'égalité devant la loi"

"Le pire est à venir"

"Le pire est à venir", a réaffirmé le spécialiste. Car lorsque le conflit syrien-irakien sera solutionné avec la disparition de Daech "d'ici deux à trois ans", les pays occidentaux devront faire face "au retour massif" des leurs djihadistes respectifs. "Ils continueront le djihad de chez eux" et là, il faudra "six à sept ans" pour venir à bout de cette tendance. "Un calcul que l’on a déjà vu par le passé", explique Marc Trévidic. A l’exception que cette fois, "la masse de personnes est plus importante". 

Et aussi

Lire et commenter