Marché de Noël sur les Champs-Elysées à Paris : débouté, Campion "ne veut pas se laisser faire"

Société
DirectLCI
BRAS DE FER. Le recours des forains contre l'interdiction du marché de Noël sur les Champs-Elysées a été rejeté ce jeudi par le tribunal administratif de Paris. Une victoire pour Anne Hidalgo face au "roi des forains", Marcel Campion.

Marcel Campion a perdu une manche contre Anne Hidalgo. La requête en référé du "roi des forains", qui avait entamé une procédure il y a sept jours pour contester la suppression de son marché de Noël sur les Champs-Elysées par la mairie de Paris, a été jugée irrecevable jeudi par le tribunal administratif de Paris.


La requête de Marcel Campion visait à faire reconnaître que la décision du Conseil de Paris de supprimer le marché de Noël n'était pas justifiée par un "motif d'intérêt général suffisant". Le tribunal administratif a considéré que la suspension d'une décision ne pouvait être demandée au juge des référés "après l'expiration du contrat" passé avec la Ville. Or cette convention a expiré le 12 octobre 2017.

Pression des forains

Cette procédure faisait suite à la vaine tentative des forains, le 31 octobre, de s'installer sur la célèbre avenue sans autorisation. Ils avaient alors été repoussés par les effectifs de police. 


Mais le différend avec la ville de Paris est plus ancien.  En juillet dernier, les élus de la capitale avaient en effet voté à l'unanimité la non-reconduction de ce marché de Noël créé il y a neuf ans. Dans sa délibération, l'exécutif invoquait, pour justifier la fin de la convention d'occupation au profit de la SARL Loisirs Associés, son souhait de "varier les modalités d'animations de l'espace public dans ce secteur", en "valorisant" notamment "une dimension culturelle et esthétique en adéquation avec ce site d'exception". Les élus parisiens, tous groupes politiques confondus, critiquaient notamment l'aspect exclusivement "mercantile" des animations proposées par Marcel Campion, selon le terme utilisé alors par Jean-François Legaret, le maire LR du Ier arrondissement. 

"Ce n'est pas fini"

Interrogé sur LCI, Marcel Campion a jugé que le jugement était "un peu bizarre", tout en promettant que l'affaire "continue". "Le monde forain ne va pas se laisser faire", a-t-il ajouté, remerciant ironiquement la maire de Paris qui "met 2.500 personnes au chômage". Le "roi des forains" n'a pas précisé pour l'heure si de nouvelles actions étaient envisagées par la profession. 


Dans un communiqué, la ville de Paris a indiqué, saluant l'annonce de la décision du tribunal, qu'elle ne céderait "à aucune menace ni à aucun chantage", expliquant que Marcel Campion "joue le bras de fer depuis plusieurs semaines". "Le droit doit s'appliquer à toutes les activité sur l'espace public à Paris." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter