Mariage homosexuel : qui sont ceux qui ont sauté le pas en 2013 ?

Mariage homosexuel : qui sont ceux qui ont sauté le pas en 2013 ?

Société
DirectLCI
MARIAGE GAY – D'après le bilan 2013 de l'Insee, environ 7000 couples de même sexe se sont mariés en 2013. Si cela ne représente que 3% de l'ensemble des mariages, ce chiffre rapporté à la population de couples homosexuels est élevé.

Les couples homosexuels épousent cette réforme doucement mais sûrement. D'après les chiffres de l'Institut national de la statistique (Insee) publiés mardi, environ 7000 mariages ont en effet été célébrés entre des personnes de même sexe en 2013, sur un total de 23.8000 unions en France. L'augmentation "s’est faite progressivement pour atteindre un pic de 1500 mariages en septembre", précise l'institut dans une note.

A l'instar de Vincent Aution et Bruno Boileau qui ont été les premiers à inaugurer cette loi le 29 mai dernier, trois couples mariés sur cinq sont des hommes. "On estime en effet qu’environ 1 % des personnes en couple le sont avec une personne du même sexe, et qu’il s’agit, six fois sur dix, d’un couple d’hommes", précise l'Insee.

Et les mariés homosexuels s'avèrent être plus âgés que les mariés hétérosexuels. Au sein des couples de même sexe, les hommes se marient vers 50 ans, en moyenne, quand les femmes, elles, sautent le pas à 43 ans (contre 34 ans pour les femmes et 37 ans pour les hommes chez les couples hétérosexuels).

14% de mariages gays à Paris

Selon l'Insee, ces cérémonies ont eu lieu principalement dans les grandes villes. En effet, depuis juin 2013, un quart des mariages de personnes de même sexe ont été célébrés dans des villes de plus de 200.000 habitants (dont près de 14 % à Paris), contre seulement 9 % des mariages de personnes de sexe différent sur l’ensemble de l’année 2012. Toutefois, la part des mariages célébrés dans les communes de moins de 2000 habitants est la même que le couple soit de même sexe ou non, soit environ un quart des mariages.

Des chiffres qui pourront peut-être faire relativiser les "inquiétudes" persistantes des opposants au mariage gay. En attendant, certains ne "lâchent rien". Le conseil municipal de Fontgombault, une petite commune de l'Indre, a par exemple adopté une délibération en octobre , évoquant une "loi naturelle supérieure aux lois humaines" pour ne pas célébrer un mariage gay. Et si le Conseil constitutionnel a refusé d'accorder une "clause de conscience" pour les maires, certains édiles souhaitent maintenant saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter