Marianne voilée : "Valeurs actuelles" condamné pour provocation à la discrimination

Marianne voilée : "Valeurs actuelles" condamné pour provocation à la discrimination

DirectLCI
JUSTICE - Le directeur de la publication de l'hebdomadaire "Valeurs actuelles", Yves de Kerdrel , a été condamné mardi à 2.000 euros d'amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans, pour une couverture présentant notamment une Marianne voilée.

Cette fois, Yves de Kerdrel n'a pas pu plaider l'usurpation d'identité, comme il l'avait fait le mois dernier à l'occasion de la diffusion d'un message raciste en son nom sur Twitter . Le directeur de la publication de l'hebdomadaire Valeurs actuelles a été condamné ce mardi à 2000 euros d'amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans, suite à une couverture présentant une Marianne voilée, sous le titre "Naturalisés, l'invasion qu'on nous cache".

Cette édition du 22 septembre 2013 présentait également ces trois autres titres en appel de une : "Deux Français sur trois contre les naturalisations massives de Valls", "Islam, immigration : comment la gauche veut changer le peuple", "Le poids des musulmans n'a cessé d'augmenter". Une couverture qui "joue avec les amalgames et les raccourcis" et exhorte "à la haine", avait estimé dans son réquisitoire la procureure Solène Gouverneyre, pour qui le terme d'invasion "incite en lui-même au rejet par sa connotation agressive". Le parquet avait requis une amende de 5000 euros contre Yves de Kerdrel. L'avocat de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), Me Stéphane Lilti, qui avait saisi le tribunal, avait quant à lui dénoncé l'"extrême violence" de cette une qui vise "l'ensemble des musulmans".

Les musulmans présentés "comme à l'origine d'une invasion dangereuse"

A la barre, Yves de Kerdrel avait considéré que ces poursuites témoignent d'une "régression du débat intellectuel" : "Ce qui pouvait être dit il y a 25 ans ne peut plus être dit aujourd'hui". Il s'était défendu de toute volonté de stigmatiser, soutenant que le journal aurait pu utiliser "une Marianne aux yeux bridés, peu importe". L'argument n'a pas convaincu le tribunal, qui a jugé que l'utilisation de cette iconographie "ne peut que renforcer l'idée, chez les lecteurs, que l'invasion est en rapport avec les musulmans".

Pour les juges de la chambre de la presse, cette couverture "apparaît dépasser la simple énonciation d'une opinion, mais tend (...) à susciter un sentiment d'hostilité et de rejet envers l'ensemble des personnes de confession musulmane, présentées sans nuance comme à l'origine d'une invasion dissimulée et dangereuse". Outre l'amende, le tribunal correctionnel de Paris a ordonné la publication d'un communiqué judiciaire en page de sommaire du journal. Yves de Kerdrel a encore été condamné à verser un euro de dommages et intérêts à l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et la même somme à SOS Racisme, ainsi que 500 euros de dommages et intérêts à la Maison des potes et à la Licra.

Yves de Kerdrel a d'ores et déjà annoncé qu'il allait faire appel de ce jugement qui, estime-t-il, "entrave gravement la liberté de la presse, en général, et celle des journaux qui osent porter la plume dans la plaie, en particulier", reprenant ni plus ni moins que la maxime du journaliste et écrivain Albert Londres. En attendant, le directeur de Valeurs actuelles saura le 5 mars s'il est condamné dans une autre affaire, sur un dossier intitulé "Roms, l'overdose", paru fin août 2013.

EN SAVOIR + >>

Valeurs Actuelles et son "Roms, l'overdose" : incitation à la haine ou liberté d'expression ?

>> Sur Twitter, Yves de Kerdrel plaide la liberté d'opinion :

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter