Marlboro Gold, Lucky Strike, Vogue... Des marques de cigarettes vont-elles vraiment être interdites en France ?

SOCIÉTÉ

SANTE - Selon une information du Figaro, la ministre de la Santé Marisol Touraine voudrait interdire la commercialisation de certaines marques de cigarettes dont le nom ferait référence à la "féminité" ou à la "chance". Mais selon une source proche du dossier jointe par metronews, la directive européenne qui suscite les craintes de l'industrie du tabac a d'autres objectifs.

Gauloises, Gitanes, Lucky Stricke, Vogue, Fortuna… Toutes ces marques de cigarettes vont-elles disparaître, comme l’a annoncé le Figaro ce mercredi ?

Selon une information du quotidien, qui relaie les craintes des cigarettiers, la ministre de la Santé voudrait utiliser un décret de loi, en cours d'examen au Conseil d'État, pour empêcher la commercialisation de plusieurs marques qui, selon elle, feraient la promotion du tabac. Seraient visées les marques qui feraient référence à la féminité (Gauloises et Gitanes), à la chance et au succès (Fortuna, Lucky Strike et Marlboro Gold), ainsi qu’à la vie sociale (Vogue, News).

Suppression des mentions faisant référence à "l'odeur" et à "l'arôme"

Cette mesure serait rendue possible, selon Le Figaro, par une directive européenne sur les produits du tabac. Transposée par ordonnance du 19 mai dans le Code de la santé publique, son article 13 prévoit que "tout emballage extérieur ainsi que le produit du tabac proprement dit ne peuvent comprendre aucun élément ou dispositif qui ( ) contribue à la promotion d’un produit du tabac ou incite à sa consommation en donnant une impression erronée quant aux caractéristiques, effets sur la santé, risques ou émissions du produit".

Mais selon une source proche du dossier jointe par metronews, il ne s’agirait en aucun cas d’interdire la commercialisation de plusieurs marques de tabac, mais de supprimer certaines dénominations évoquant un goût, une odeur ou un arôme sur les paquets de cigarettes. Toute image ou mention suggérant "qu’un produit du tabac a des effets bénéfiques sur la santé, le mode de vie ou l’environnement, et celles qui évoquent un goût, une odeur, tout arôme ou tout autre additif" est concernée. 

En outre, l’article 13 de la directive européenne viserait à supprimer des paquets de cigarettes les descripteurs tels que "léger", "ultra-léger", "menthol", ou "slim", afin de ne pas donner d’"impression erronée aux consommateurs". Contrairement à ce qu’affirme le Figaro, le ministère de la Santé n’aurait pas non plus établi de lien entre le nom des marques de tabac et les thèmes tels que la "féminité" ou la "chance". 

 Imperial Tobacco demande à rencontrer Manuel Valls 

Contacté par metronews, Imperial Tobacco, l’un des cinq plus grands groupes de tabac internationaux, affirme ne pas savoir de quelle façon il sera "impacté par le décret", le contenu n'ayant pas encore été dévoilé.

"A cette heure, Seita reste toujours en attente des critères retenus pour juger qu’une marque est trop positive et qu’elle inciterait à la consommation et n’est donc pas en mesure d’évaluer les possibles conséquences du décret sur son portefeuille de marques", a déclaré le groupe dans un communiqué, qui demande "audience" avec Manuel Valls. Le décret d’application est actuellement examiné au Conseil d’Etat et devrait être publié dans les prochaines semaines.

A LIRE AUSSI
>>  Paquet neutre : "Nous risquons une baisse des ventes de 50%"
> Découvrez le nouveau paquet de cigarette neutre
>> Le tabac tue 2 fumeurs sur 3 >>  Pourquoi le tabac goût menthe est plus nocif ? >> Fumer pendant la grossesse : pourquoi c'est dangereux
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter