Marlène Schiappa sur l'affaire Alexia Daval dans les médias : "Souvenez-vous de Marie Trintignant..."

RÉACTION - Sur l'antenne de LCI ce mercredi 31 janvier, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a réagi au traitement médiatique de l'affaire Daval, rappelant qu'il est "impossible de banaliser les violences conjugales".

Elle a réagi à chaud, quelques instants après la prise de parole publique de l'avocat de Jonathann Daval. À celui qui indiquait aux caméras que son client avait avoué avoir tué "par accident" son épouse, Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Egalité entre les femmes et les hommes, s'est fendue d'un tweet blâmant le "victim blaming", ce comportement visant à rendre les victimes responsables d'un crime. 

Critiquée par l'avocat de Jonathann Daval, qui estime qu'elle s'est exprimée sur une affaire judiciaire en cours, Marlène Schiappa a remis les points sur les "i", ce mercredi 31 janvier sur LCI : "Je ne suis pas intervenue dans une affaire judiciaire, parce que les propos qui ont été tenus par l'avocat, ils n'ont pas été tenus au cours d'une plaidoirie ou dans un tribunal (...) Je pense qu'il est important de rappeler, c'est qu'il y a un  traitement médiatique particulier des violences conjugales, où on est toujours dans le champ lexical de la passion, du romantisme, où on relativise, on banalise, on excuse les violences conjugales" a-t-elle notamment expliqué. 


Elle poursuit : "Dire qu'il y a une polémique née d'un tweet, c'est hors sujet. On parle de la mort d'une femme et plus généralement en ce qui me concerne, on parle d'un phénomène systémique qui s'appelle les violences conjugales et qui tue encore en France à notre époque une femme tous les trois jours. C'est un combat politique que nous menons, en luttant contre la banalisation des violences conjugales. Je n'ai pas à dire à tel ou tel avocat comment il doit envisager son métier, ce n'est pas du tout mon propos. Mon propos, c'est de dire qu'il est impossible de banaliser les violences conjugales.(...) On ne peut pas sempiternellement prendre pour argent comptant des déclarations qui disent qu'il s'agit de drame passionnel. (...) Souvenez-vous de Marie Trintingnant, c'était la même chose en termes de champ lexical."


Quelques heures plus tard, toujours sur LCI, l'avocat des parents d'Alexia Daval, Me Jean-Marc Florand, a égalemebnt réagi à cette prise de parole (voir la vidéo ci-dessous). "La ministre ferait bien de s’occuper de son ministère plutôt que de s’immiscer dans un dossier dont elle ne connaît pas la première ligne", a-t-il fait valoir, estimant préférable que "les membres du gouvernement n'interfèrent pas dans le système judiciaire."

En vidéo

L'avocat des parents d'Alexia Daval répond à Marlène Schiappa

Pour rappel, Jonathann Daval a été mis en examen, mardi, pour "meurtre sur conjoint" par la procureure de la République de Besançon. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann revient sur ses aveux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter