Maternité d'Orthez: l'anesthésiste belge maintenue en détention provisoire

Maternité d'Orthez: l'anesthésiste belge maintenue en détention provisoire

JUSTICE - La cour d'appel de Pau a refusé ce jeudi la demande de remise en liberté de l'anesthésiste de la maternité d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques).

Elle restera en prison. Ce jeudi, la justice a rejeté la demande de remise en liberté de l'anesthésiste belge placée en détention après le décès d'une des patientes dont elle avait la charge à la maternité d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques).

L'anesthésiste de 45 ans, qui a comparu mardi devant la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Pau pour demander sa remise en liberté, est en détention provisoire depuis le 2 octobre à la maison d'arrêt de Pau après sa mise en examen pour "homicide involontaire aggravé".

"De la vodka pour ne pas trembler"

Lors de ses différentes auditions, elle a reconnu "avoir bu" le soir des faits "une demi-bouteille d'un mélange de vodka et d'eau de 50 cl" car il lui "faut de la vodka pour ne pas trembler". Ce soir-là, elle a la charge d'une parturiente de 28 ans, d'origine britannique. vivant à Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques), la médecin, lui fait sa péridurale, puis sort boire "un verre de rosé" chez des amis.

Mais l'accouchement se passe mal et une césarienne devient nécessaire. L'équipe médicale appelle au téléphone l'anesthésiste, qui arrive à pied et sent l'alcool. Alors qu'elle prépare l'anesthésie générale de la patiente, son comportement et son élocution paraissent étranges à ses collègues. J"'étais dans un état second, débordée, ma perception était certainement modifiée", avouera a médecin. La situation tourne vite au drame.

EN SAVOIR + >> La maternité fermée après l'accident d'anesthésie

Aucun remplaçant disponible

Selon les témoignages cités par la Cour, l'obstétricien qui a la responsabilité de l'accouchement demande alors l'intervention d'un autre anesthésiste, mais aucun remplaçant n'est disponible.

Prévenu, le Samu découvrira à son arrivée "une patiente en arrêt cardiaque, cyanosée, et des personnes sur place qui restent inactives". Les secours la raniment et la transfèrent en urgence à l'Hôpital de Pau, où elle décède le 30 septembre. Son bébé est sain et sauf.

Convoquée au lendemain du décès, l'anesthésiste s'était présentée devant les gendarmes avec un taux d'alcoolémie de 2,4 g/l dans le sang. A son domicile, les enquêteurs retrouveront 17 bouteilles de vodka vides.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : "Du point de vue des idées, Zemmour c'est l'apogée du n'importe quoi", dénonce Castaner

VIDÉO - "Sept à Huit" : les confidences d'Amel Bent sur sa douloureuse maternité

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.