Maud Fontenoy : inclassable navigatrice engagée en politique

Maud Fontenoy : inclassable navigatrice engagée en politique

DirectLCI
ETUDE - A l'occasion de la Journée de la femme, metronews publie pour la troisième année consécutive le Grand Prix de l'E-Réputation. En 2014, le baromètre de popularité des femmes sur Internet met le sport à l'honneur avec la basketteuse Céline Dumerc. Mais aussi Maud Fontenoy : la navigatrice arrive en tête du palmarès dans la rubrique économie.

En 2003, âgée de 25 ans, elle était la première femme à traverser l'Atlantique à la rame. Plus de dix ans plus tard, que de chemin parcouru pour Maud Fontenoy. Au Grand Prix de l'E-réputation, dévoilé par metronews, la navigatrice figure en effet en tête de la rubrique économie. Une surprise ? Pas sûr, tant la jeune femme se démène depuis plusieurs années pour faire entendre ses idées.

En 2008, elle quitte son ciré jaune pour créer sa fondation . Objectif : lutter pour la sauvegarde de la biodiversité marine. Un combat qu'elle défendait sans langue de bois en octobre 2013 dans son livre "Ras-le-bol des écolos". Un titre qui ne vise pas l'écologie mais les écologistes et leurs discours alarmistes, culpabilisants et politiques, expliquait-elle à l'époque. "L'écologie doit être transversale à l'ensemble des partis, et doit être au-dessus de cette mêlée de combat politicien pour gagner des postes. Elle doit mobiliser, encourager et mettre en avant des initiatives positives."

Une candidature sur la liste UMP

Des idées que Maud Montenoy a défendu dans les médias, notamment en animant une émission sur Europe 1 puis sur LCI en 2007. Désormais, la jeune maman – sa fille Hina est née en juin 2013 - pourrait bientôt batailler dans l'arène politique.

En mars 2004, la navigatrice avait en effet été candidate, mais non élue, sur la liste conduite par Jean-François Copé aux élections régionales. Fin 2013, Jean-Louis Borloo (UDI) avait exprimé son souhait de recruter la jeune femme pour défendre les couleurs centristes au scrutin européen. La navigatrice, aujourd'hui âgée de 36 ans, aurait malgré tout mis la barre à droite, puisque fin janvier, la commission nationale des investitures (CNI) de l'UMP avait examiné son dossier pour la région sud-ouest aux prochaines élections européennes. La CNI aurait finalement repoussé sa réponse. Trop inclassable, Maud Fontenoy ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter