Mayotte : pourquoi la situation sur l'île est devenue explosive

DirectLCI
CONTESTATION - La ministre des Outre-mer est arrivée lundi à Mayotte. Son objectif ? Trouver une issue au mouvement de contestation contre l’insécurité et l'immigration. Si celui-ci vient d'entrer dans sa quatrième semaine, il couvait depuis plusieurs mois.

Annick Girardin à la rescousse de Mayotte. La ministre des Outre-mer est arrivée ce lundi dans l'île, paralysée depuis près de trois semaines par un mouvement de contestation populaire. Dans sa besace, Annick Girardin dispose de plusieurs mesures pour calmer les esprits. Cela sera-t-il suffisant ? Depuis plusieurs semaines, la colère gronde dans le 101ème département français. Explications.

Que se passe-t-il à Mayotte ?

Mayotte est secouée depuis le début de l’année par un mouvement de contestation populaire contre l’insécurité. Notamment aux abords des établissements scolaires : le 19 janvier, des dizaines de jeunes individus armés de barres de fer ont pénétré dans un lycée professionnel, blessant des élèves. Un incident de trop, estime une intersyndicale qui, depuis, mène la contestation. Manifestations dans les rues du chef-lieu, opération escargot, opération "île morte", blocage de la liaison maritime entre Grande-Terre et Petite-Terre… Le mouvement s’est durci le lundi 5 mars, avec la mobilisation des maires. Les dix-sept élus de l’île ont en effet décidé de fermer les portes de leurs mairies à l’issue d’une réunion avec le préfet.

Que réclament les manifestants ?

Le mouvement, parti de l'exaspération de la population contre l'insécurité, s'est élargi à des revendications contre l'immigration clandestine. De nombreuses revendications portent aussi sur les aides sociales et le développement économique et social du territoire. La population mahoraise dénonce aussi la saturation de l'hôpital, des services publics ou des écoles, où faute de classes suffisantes, les enfants vont en cours par rotation.

Comment Mayotte en est-elle arrivée là ?

Département français depuis 2011 avec un taux de chômage très élevé (26%), Mayotte subit une forte pression migratoire des Comores, archipel situé à seulement 70 kilomètres de ses côtes. Le taux de chômage des jeunes de moins de 30 ans est également très important, de l'ordre de 43% à Mayotte contre 16% en métropole. Mayotte, c'est "84% des personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, (...) c'est quatre fois plus de population en trente ans, (...) c'est 45% de population étrangère en situation irrégulière, (...) c'est la première maternité de France et oui, pour être au rendez-vous, il nous faudrait créer une classe par jour", a reconnu mardi Annick Girardin.

En vidéo

Mayotte, une île face à l'immigration clandestine

Que peut faire le gouvernement ?

Le gouvernement a annoncé il y a quelques jours le renfort de forces de l'ordre sur place, notamment pour sécuriser les écoles, et a dit réfléchir à l'idée de modifier le statut de la maternité de Mayotte, qui compte plus de 10.000 naissances par an, dont une majorité issue de mères comoriennes, afin qu'une naissance sur place n'implique pas forcément l'accès à la nationalité française. 


Mais ces propositions n'ont pas suffi à calmer la population, qui se dit abandonnée par l'Etat français. Annick Girardin se rend sur place ce lundi. Selon ses services, la ministre entend proposer "à l'ensemble de ses interlocuteurs une méthode, un calendrier et les principaux axes d'un travail de fond indispensable pour l'avenir de Mayotte". A plus long terme, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a estimé qu'il fallait "mettre autour de la table les élus locaux, les sociaux-professionnels, le monde économique, l'administration" et "repartir de zéro" pour tenter de répondre aux difficultés de l'île.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter