Météo : après un mois de juin sans soleil, à quel été s'attendre ?

Météo : après un mois de juin sans soleil, à quel été s'attendre ?

PREVISIONS – Selon les dernières données relevées par Météo France, le mois de juin a localement enregistré des déficits d'ensoleillement records et les semaines de juillet qui s'annoncent ne devraient pas être particulièrement chaudes. En revanche, rien ne permet de conclure que le soleil ne sera pas de retour pour la deuxième partie de l'été.

Plus l'été peine à s'installer, plus la déprime point. Il faut dire que le printemps a été particulièrement pourri cette année et l'été qui s'ouvre ne promet pas un soleil franc et radieux. Pis, ce début d'été, qui débute le 1er juin pour les climatologues, a été sans doute l'un des pires que le pays a enregistrés ces dernières années au regard des données relevées par Météo France.

L'opérateur enregistre en effet un déficit d'ensoleillement quasi généralisé à l'ensemble de l'Hexagone sur le mois de juin. "Si le manque de soleil ne dépasse pas 10 % par rapport à la normale sur le pourtour méditerranéen et autour des Pyrénées, il s'établit aux alentours de 50 % partout ailleurs", précise pour metronews Emmanuel Demael, prévisionniste à Météo France.

Le soleil exceptionnellement absent

"Les données restent à confirmer, mais on devrait atteindre un record historique de faible ensoleillement sur des villes comme Paris, Rouen, Rennes, Angers ou Chartres", poursuit le spécialiste.

A LIRE AUSSI >>  C’est le printemps, mais la météo ne suit pas

Si le soleil a été globalement absent du ciel hexagonal, la pluie, elle, a bien été présente, arrosant abondamment la moitié Nord du pays au cours du mois qui s'achève. Des zones où il a plu environ deux fois plus que la normale. Des records probables de précipitations pour le mois de juin devraient ainsi être enregistrés à Strasbourg et Besançon, tandis qu'à Paris le niveau de précipitation est 1,5 à 2 fois plus élevé que la normale. Seules quelques régions comme les Bouches-du-Rhône ou la Corse du Nord ont été épargnées par les pluies abondantes ces dernières semaines.

A quel temps s'attendre ces prochaines semaines ?

Jusqu'au 24 juillet prochain, selon les prévisions mensuelles de l'opérateur qui viennent d'être actualisées, le thermomètre devrait afficher des températures plutôt fraîches, soit deux à trois degrés en dessous des normales en moyenne. Une prévision qualifiée d'"assez sûre" par Emmanuel Demael en ce qui concerne les deux prochaines semaines. Quinze jours au cours desquels le nord de la France pourrait encore connaître des pluies importantes, prévient l'opérateur.

La deuxième semaine de juillet, du 11 au 17 juillet, ne devrait malheureusement pas se réchauffer de manière notable. Quant à la troisième semaine, courant du 18 au 24 juillet, l'espoir d'une remontée des températures peut être nourri, notamment sur la façade ouest du pays, sans toutefois de beaucoup de certitudes, tempère encore le prévisionniste.

Et pour le reste de l'été ?

Concernant la suite de l'été, incluant le mois de septembre, les dernières prévisions saisonnières de Météo France, "ne permettent pas de dégager de scénario plus probable qu'un autre, sauf pour le pourtour méditerranéen et la Corse, le long duquel les probabilités d'un été plus sec et plus chaud qu'à la normale sont plus élevées. De quoi conserver un peu d'espoir…

A LIRE AUSSI >>  Focus sur Vigicrues, le dispositif qui surveille les risques d'inondations

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : contaminations et hospitalisations en hausse avant l'entrée en vigueur du pass vaccinal

Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire : tout ce qu'il faut savoir ce lundi

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

VIDÉO - Valérie Pécresse sur TF1 : "Je veux que 95% des Français ne payent plus de droits de succession"

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.