Jusqu'à - 20° ressentis cette semaine : et pourtant non, la vague de froid n'atteint pas des records

SOCIÉTÉ

MÉTÉO – La vague de froid est là et s’étendra sur toute la France au fil de la semaine. Pour autant, s’il fait froid, ce n’est pas – encore – un record. LCI s’est plongé dans les archives des grands records hivernaux pour vous rafraîchir un peu la mémoire.

Gla. Gla. Gla. Il fait froid. Très froid. Très, très froid. Et ça va être de pire en pire. Météo France annonce en effet un nouvel épisode de froid, qui va s'accentuer toute la semaine sur le pays. Un épisode qui survient juste après une tempête hivernale, et après un autre pic de froid il y a à peine 10 jours, dû à une puissante descente d’air froid en provenance de Scandinavie. De nombreux départements ont été placés en vigilance jaune grand froid. 

Voir aussi

Pour autant, ces températures ne sont pas exceptionnelles. Car ce n’est pas une nouvelle : c’est l’hiver. Ce genre de climat est donc plutôt de saison. Et sion les a un peu oubliées, d'autres années nous ont fait davantage glaglater. La dernière vague de froid significative sur l'Hexagone date de 2012 et la vague de froid de cette semaine devrait être plus modérée, rappelle Météo France. LCI vous rafraîchit un peu la mémoire avec quelques records. 

Le record du mois de janvier le plus froid

Pour la vague de froid de cette semaine, les minimales vont s’abaisser jusqu’à – 11° à Mulhouse, - 9° dans le Massif central et à Strasbourg, ou encore - 4° à Marseille. Mais au cours des dernières années, trois mois de janvier ont plus spécialement été très rigoureux. 

Voir aussi

  • 1Janvier 1985

    La vague de froid se concentre entre le 3 et le 18 janvier. Elle avait touché tout le pays, et la neige était tombée abondamment, y compris dans des zones habituellement épargnées, comme Nice, où il était tombé 38 cm. Certains jours, les températures maximales restaient inférieures à –5, voire –6°C sur de nombreuses régions.
  • 2Janvier 1963

    Au cœur de l'hiver 1962-1963, le plus froid depuis 1900 avec pratiquement 3 mois de gel quasi continu, le mois de janvier 1963, bien qu'ensoleillé, est glacial. Le gel est pratiquement permanent sur tout le pays, de fortes chutes de neige tombent le 19 janvier. On mesure par exemple 35 cm de neige à Montpellier. Quant aux températures, elles atteignent des niveaux records : -27 °C à Ambérieu, -26 °C à Vichy, -23 °C à Saint-Etienne et Lyon, -18 °C à Montpellier, -14 °C à Dinard, -13 °C à Paris. Quand même.
  • 3Janvier 1945

    Après une période douce jusqu'au 23 décembre 1944, une période très froide et très neigeuse perdure jusqu'à la fin janvier 1945. Sur l’ensemble de la France, la température moyenne en janvier affiche un écart de moins 5,6 degrés par rapport à la normale. Sur de nombreuses régions, le nombre de jours de gelée varie de 25 à 31, et les chutes de neige s’enchaînent. Les températures descendent jusqu'à -21°C à Vichy et Clermont-Ferrand, -18°C à Lille, -16°C à Alençon, -13°C à Paris, -12°C à Angoulême, -9°C à Montélimar. Pas mal.

Le record de l’hiver le plus froid… et du plus chaud

L'hiver météorologique, qui a commencé le 1er décembre et s'achèvera à la fin du mois de février, correspond à la période la plus froide de l'année dans l'hémisphère Nord. En moyenne, sur l'Hexagone, la température normale de la saison est de 5,4°C. Depuis 1900, c'est l'hiver 1962-63 qui a été sans conteste le plus froid, avec une température moyenne de 0,7°C, soit 4,7°degrés sous la normale. 

Depuis 1987, rappelle Météo France, la France a connu plusieurs périodes de froids remarquables, représentées sur le graphique ci-dessous : la surface des disques symbolise l'intensité des vagues de froid. Les disques les plus grands correspondent donc aux hivers les plus froids.

Certains hivers particulièrement rigoureux sont restés dans les mémoires. Comme celui de l'hiver 1954, notamment à la suite de l'appel à solidarité de l'abbé Pierre : début janvier, une première vague de froid accompagnée de neige avait saisi le pays, en particulier le Nord et le Nord-Est. On relevait -17,6 °C à Nancy, -15,6 °C à Strasbourg ou encore -14,2 °C à Luxeuil. Le froid polaire avait atteint le maximum de son intensité entre le 31 janvier et le 3 février : les températures étaient descendues jusqu'à -25,4 °C à Luxeuil, -20,8 °C à Saint-Etienne, -16,0 °C à Bourges, -13,5 °C à Lyon, -13,4 °C à Pau, -12,9 °C à Paris. Cette vague de froid reste pourtant assez lointaine, en terme d'intensité, des vagues de froid de 1956, de 1963, ou encore de 1985.

A l’inverse, l'hiver 2015-16, l’an dernier, s'est révélé être le plus chaud avec une température moyenne de 8 °C, soit 2,6 degrés au-dessus de la normale. Cette valeur relègue l'hiver 1989-90 (+ 2 degrés) à la 2e place des hivers les plus doux depuis le début des mesures. Au final, trois des quatre hivers les plus chauds se sont produits dans les 10 dernières années avec les hivers 2006-07 et 2013-14 (+ 1,8°C), ex-aequo sur la 3e marche du podium.

Le record du village le plus froid de France

Le village le plus froid de France se trouve dans le massif du Jura, à 930 mètres d’altitude, et s’appelle Mouthe (Doubs), indique Météo France. Dans cette petite commune de quelques 1.000 habitants a été relevée la température minimale record pour la France métropolitaine : -36,7°C le 13 janvier 1968. L'après-midi du même jour, la température remontait rapidement à +1,1°C… soit presque 38 degrés d'amplitude thermique sur la journée.

Car Mouthe n’est pas réellement synonyme de douceur de vivre, tout du moins par le climat. Il y gèle en moyenne presque 1 jour sur 2 (176 jours par an plus exactement). Le village est également concerné 6 années sur 7 par des températures minimales en-dessous de -20°C.  Enfin, une année sur deux, le thermomètre descend en-dessous de -25°C, alors que le seuil de -30°C est franchi en moyenne une année sur huit. Champions !

Et la ville semble tenir à conserver ses records : d'après une Meuthiarde, qui s'est manifestée auprès de LCI le 6 janvier dernier, le thermomètre affichait alors - 23° le matin. Respect.

En vidéo

Mouthe, bienvenue dans le village le plus froid de France

Le record de l’année où il y a eu le plus de neige à Noël

Si l'imaginaire populaire associe souvent la neige à Noël, la probabilité d'avoir de la neige en plaine à cette période est en réalité faible. En effet, la présence de neige au sol à Noël entre le 24 et le 26 décembre n’a été observée qu'une dizaine de fois en moyenne au cours de la période 1950-2016 du Nord-Est au Massif Central, et encore plus rarement sur la moitié ouest et le littoral.  

L'année 2010 est remarquable par l'étendue du manteau neigeux relevé à cette période : 3 à 10 cm recouvrant un large quart Nord-est, de Lille à Limoges, en passant par Rouen et Paris, mais aussi le Massif Central et le Rhône Alpes. Autre record, il y a tout juste 20 ans, 1996 a également été marquée par de nombreuses chutes de neige sur l'Ouest, notamment sur les Pays-de-la-Loire avec par exemple 12 cm à Angers le 25 et 7 cm au Mans le 24 décembre.

En 1986, ce sont cette fois-ci les régions de l'est qui ont été touchées : 18 cm de neige relevés à Strasbourg le 24, 16 cm à Lyon et 12 cm à Dijon le 25. En 1962, il a neigé sur de nombreuses villes de la moitié sud comme Bordeaux, Toulouse, Clermont-Ferrand et même à Marseille avec 20 cm relevés le 24 !

Voir aussi

En vidéo

Vague de froid : l’Europe sous la glace et la neige

En vidéo

Grand froid : en Auvergne, les livreurs de fioul sur le pont

En vidéo

Aux Fins, des vêtements chauds pour affronter le froid

En vidéo

VIDEO. Le froid venu de Scandinavie recouvre l'est de la France

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter