Meurtre de Laetitia : pourquoi Tony Meilhon fait appel

Meurtre de Laetitia : pourquoi Tony Meilhon fait appel

DirectLCI
NANTES - Tony Meilhon, condamné la semaine dernière à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Laetitia Perrais, a fait connaitre, mardi, par le biais de son avocat, son intention de faire appel. En ligne de mire : la rétention de sûreté.

Depuis le box des accusés, il avait prévenu : il n'accepterait "pas d'autres peines que la perpétuité". Près d'une semaine après avoir été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Laetitia Perrais en 2011, Tony Meilhon, 33 ans , a pourtant décidé de faire appel. C'est son avocat, Me Fathi Benbrahim, qui l'a sobrement annoncé mardi, sans faire plus de commentaire. Le recours sera déposé mercredi, et ne devrait pas être examiné par la cour d'appel de Rennes avant un délai de 18 mois.

Mercredi dernier, Tony Meilhon avait accueilli d'un terrifiant "merci" l'annonce de sa condamnation, sans surprise aucune. Son avocat, en revanche, avait fait savoir à la sortie des assises de Nantes que la cour avait "tort" de donner une peine aussi lourde. En ligne de mire de Me Benbrahim : la demande de rétention de sûreté, qui prévoit, à l'issue de la peine de prison, qu'une commission de psychiatres se réunisse pour déterminer la dangerosité de l'accusé et, le cas échéant, de décider son placement en établissement psychiatrique fermé.

"La justice ce n'est pas ça"

Cette mesure est normalement "réservé aux criminels en série qui tuent des enfants !", avait déploré mercredi dernier l'avocat de la défense. "Est-ce de la justice ou une réaction au fait que nous sommes tous choqués sur un plan personnel, affectif ? s'était demandé le défenseur de Tony Meilhon. La justice ce n'est pas ça. Là, c'est une question de justice et d'échelle", avait-il déploré, n'hésitant pas à regretter que son client se retrouve assimilé à "Francis Heaulme qui lui a tué plusieurs fois, en récidive et volontairement". Pour Me Benbrahim, la chose était claire : en prononçant une peine de sûreté, les assises de Nantes envoyaient un signal fort : "que chaque personne qui a commis un fait grave ne sera pas réadaptable"

Côté partie civile, l'avocate de Jessica, la soeur jumelle de Lætitia Perraisi, Me Cécile de Oliveira, a indiqué mardi à metronews ne "pas être surprise" par la procédure. Pour autant, elle attendait encore la confirmation du dépôt de l'appel auprès du greffe du TGI de Nantes. "Si il y a appel, je lui souhaite d'avoir un autre comportement devant la cour d'appel de Rennes. D'être plus respectueux vis-à-vis des parties civiles, et plus réaliste vis-à-vis des pièces du dossier", nous indique-t-elle. Une allusion à peine voilée à un certain "Monsieur X", que Tony Meilhon a présenté comme son complice au cours de son procès, alors que l'enquête a démontré qu'il avait agi seul pour tuer et découper sa victime de 18 ans.

Plus d'articles