Mexique : des manifestations contre le prix de l'essence tournent au pillage de magasins

DirectLCI
CHAOS - Des manifestations contre l'augmentation du prix de l'essence se sont transformées en pillage de magasins, dans la nuit de mercredi à jeudi, au Mexique. Plusieurs personnes ont été interpellées et au moins 170 établissements ont été touchés.

Scènes surréalistes au Mexique. Des manifestants, excédés par la hausse subite de 20% du prix de l'essence, n'ont pas hésité à piller plusieurs magasins du centre du pays, notamment à Veracruz, plus grande ville de l'Etat du même nom. Le chaos, enregistré par des caméras, s'est déroulé dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 janvier. Environ 50 établissements ont ainsi été vandalisés dans l'agglomération. Les images nous montrent notamment des agents de sécurité complètement dépassés par la situation devant la foule qui emporte vêtements, nourriture, mais aussi matériels hi-fi et électroménager. 


Dans le même temps, des manifestants ont bloqué des autoroutes et occupé des stations essence, menaçant l'approvisionnement du pays en carburant.

170 établissements touchés

A Veracruz, unités de police supplémentaires ont été déployées et 14 personnes, au moins, ont été interpellées selon les autorités. Un homme, arrêté par les forces de l'ordre, explique : "Je suis venu pour acheter de la nourriture et je me suis retrouvé dans ce bordel ! Je ne savais pas !" Ce qui ne l'a visiblement pas empêché de se joindre à cette drôle de fête : "Je n'aurais jamais pensé que c'était aussi facile de voler", conclut-il. Afin de disperser la foule, des coups de feu ont été tirés, en l'air, par la police. Les agents ont toutefois dû attendre l'aube pour réussir à ramener le calme. 


Mais Veracruz n'a pas été la seule touchée. Le regroupement national des détaillants mexicains a en effet fait savoir qu'un total de 79 commerces avaient été pillés dans le centre du pays, y compris à Mexico. Ils assurent en outre que 170 autres établissements ont été obligés de fermer et que certains se trouvent toujours assiégés. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter