Michel Cardon, plus ancien détenu de France, oublié en prison, est libre ! Que va-t-il devenir ?

Michel Cardon, plus ancien détenu de France, oublié en prison, est libre ! Que va-t-il devenir ?
SOCIÉTÉ

LIBRE - Condamné à la perpétuité pour un meurtre commis en 1977, il a passé plus de quarante ans en détention: Michel Cardon, 67 ans, l'un des plus anciens détenus de France, vient de sortir de prison ce vendredi 1er juin.

Sans doute, la nuit a été longue pour lui. Ou emplie d’appréhension, de questionnements, devant ce changement de vie. Ce vendredi, Michel Cardon est enfin sorti de prison. A 67 ans, il était le plus ancien détenu de France. Il aura passé 40 ans, sept mois, et cinq jours derrière les barreaux.

Michel Cardon a été condamné à la perpétuité pour un meurtre commis en 1977 à Amiens : lui et un complice avaient pénétré chez un voisin, pour le cambrioler. Ils étaient repartis avec un billet de 200 francs et quelques objets, laissant la victime morte. Ils avaient vite été retrouvés, et la peine de mort avait été requise. Michel Cardon a ainsi été incarcéré le 29 octobre 1977. A 26 ans. Il a connu plusieurs centre de détention, avant d'être écroué au centre de détention de Bapaume dans le Pas-de-Calais, depuis 1996. 

Lire aussi

Au fil des années, ce détenu discret semble avoir été "oublié", selon les propres mots de l’administration pénitentiaire. Il n’a ainsi bénéficié d'aucun projet d'aménagement de peine. Il passe 38 ans sans recevoir de visite. La première, en 2016, sera celle de son ancien co-détenu, et enclenche sa sortie : ce co-détenu va raconter son histoire au journal local, la Voix du Nord. L’histoire émeut un avocat parisien, Me Eric Morain, qui décide de prendre en main le sort du prisonnier, et engage, avec son accord, des démarches pour une libération conditionnelle. Il demande, en parallèle, sa grâce au président Macron. "La société qui vous a sanctionné a choisi aussi de vous oublier", écrit l’avocat dans une lettre ouverte. L’affaire, insolite, de ce plus vieux détenu de France, oublié en prison, séduit les médias. Fin mars, Michel Cardon obtient sa libération conditionnelle.

Le parquet avait requis un placement extérieur probatoire à une libération conditionnelle dans un établissement pour personnes âgées dépendantes. Dans un communiqué expliquant sa décision, le procureur d'Arras, André Lourdelle indique que le tribunal d'application des peines d'Arras a accordé à Michel Cardon sa remise en liberté conditionnelle "sous condition du bon déroulement d'un placement à l'extérieur" pendant un an à compter du 1er juin.

Lire aussi

Reste que ce prisonnier pas comme les autres va devoir réapprendre à vivre en liberté, y aller pas à pas. Car pendant toutes ces années, Michel Cardon a vécu totalement privé de liberté. Le détenu n’a connu "aucune sortie exceptées celles liées aux transferts d'établissements", indique le rapport du tribunal. "C'est quelqu'un de discret, qui n'a jamais posé de problèmes en détention, il ne faisait pas parler de lui, il restait beaucoup dans sa cellule. Il était temps qu'il sorte, la détention l'a esquinté, il a 67 ans mais il en paraît 80", a témoigné Freddy Daucourt, surveillant et délégué FO à Bapaume. Les années passées à l'ombre l’ont en effet abîmé. Il a souffert de problèmes de santé, qui ont impacté son état psychologique, avec une "dégradation importante des fonctions cognitives" et "physiques", d’après la décision du tribunal. Un détenu "éteint", selon les mots de son avocat, par cette trop longue détention, qui ne pose donc plus de problème de récidive. Et si cet état de faits a permis sa sortie, c'est aussi ce qui va compliquer sa réinsertion.  

"Il va être confronté à une réalité qu'il ne connaît pas", raconte son avocat à France Info. Dehors, Michel Cardon n’a non plus pas d’amis, ni de famille, qui pourrait l’aider à se réadapter. Il n’a pas, non plus, de "projet extérieur", lui permettant de se reconstruire. "Il va falloir du temps mais il n'est pas seul. Il va être accompagné par des éducateurs, des médecins, des psychologues. Il va être libre de ses mouvements, même s'il devra répondre aux convocations de la justice puisqu'il est en période probatoire, ce qui est bien normal", dit son avocat à France info. 

Michel Cardon va ainsi être placé dans un centre d’hébergement et de réinsertion du Val-d'Oise. Il devra se soumettre à des soins psychologiques et psychiatriques. L’avocat Eric Morain, qui a relayé son combat et participé à la mise en lumière médiatique de Michel Cardon, s’en réjouit. "C'est l'une de mes plus grandes émotions professionnelles, c'est une grande joie pour lui et j'espère qu'il pourra en profiter pleinement". Et se montre confiant pour l’avenir. "J'ai vraiment confiance. C'est un projet que nous avons bâti ensemble, sur le long terme, pendant 18 mois. Ce projet tient la route. La plus belle des récompenses sera de le voir marcher dans ce parc.", dit-il à France info.

Une chose est sûre : lui non plus n'a pas dû beaucoup dormir, et a même confié ses états d'âme sur Twitter.

Michel Cardon a fait ses premiers pas hors de prison ce vendredi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent