Migrants : pourquoi la nouvelle "zone de sécurité" de Calais risque de ne rien résoudre

Migrants : pourquoi la nouvelle "zone de sécurité" de Calais risque de ne rien résoudre
SOCIÉTÉ

IMMIGRATION – Une nouvelle "zone de sécurité" doit voir le jour à Calais, pour tenter d'enrayer les prises d'assaut par les migrants des camions qui patientent sur la route avant d'embarquer dans le port de la ville. Une solution qui laisse perplexe devant l'évolutions de leurs méthodes.

L’annonce a été faite par la ministre de l’Intérieur britannique, le 14 juillet. Le port de Calais sera bientôt doté d’une nouvelle "zone de sécurité", financée par le gouvernement britannique pour empêcher l’intrusion de migrants dans les véhicules qui se rendent au Royaume-Uni. Problème : depuis plusieurs semaines, les migrants semblent avoir changé de méthode pour rejoindre le Royaume-Uni.

À LIRE AUSSI >> Migrants : Londres annonce la création d'une "zone de sécurité" à Calais

La zone, qui devrait voir le jour courant novembre à en croire La Croix , sera comparable à un immense parking surveillé, grillagée, dans le périmètre sécurisé du port de Calais. Elle pourra accueillir quelque 230 camions où les chauffeurs pourront patienter, en attendant d’embarquer, sans craindre les prises d’assaut. "L’annonce s’inscrit dans la continuité de la collaboration des gouvernements français et anglais" en matière de lutte contre l’immigration illégale, explique la préfecture du Pas-de-Calais, jointe par metronews. Le projet, d’un coût estimé entre 2 et 4 millions d’euros, fait partie d’une enveloppe plus globale de 15 millions d’euros allouée par le gouvernement britannique à l’automne dernier pour renforcer la sécurité des ports dans le nord de la France.

À LIRE AUSSI >> Migrants à Calais : le plan de Cazeneuve en 4 points

L'adaptation des migrants

"C’est une bonne chose… pour régler les problèmes de bouchons sur la rocade [qui mène au port et à l’embarquement d’Eurotunnel, ndlr] mais ça ne réglera pas tout", grince Ludovic Hocart, délégué régional du syndicat Unsa à Calais, contacté par metronews.

Le responsable syndical pointe en effet une évolution des méthodes des migrants : selon lui, les prises d’assaut des camions – comme le montrent ces deux vidéos tournées par le quotidien local Nord littoral en juin dernier – se font moins nombreuses depuis plusieurs semaines. "Il y a une baisse au profit des intrusions sur le site d’Eurotunnel. Des groupes de 10 à 50 migrants pénètrent sur les lieux en sautant les grillages, et tentent d’embarquer sur les trains de marchandises en marche qui passent par le tunnel sous la Manche". Une méthode dangereuse qui a déjà causé la mort de plusieurs migrants dans le tunnel.

À LIRE AUSSI >> Calais : le tunnel sous la manche sous la pression des migrants

À la préfecture, on veut croire que cette nouvelle zone sera une réponse efficace. Mais en off, dans les couloirs, certains font preuve de perplexité : "On ne peut présager de rien [quant à l’efficacité de la zone de sécurité, ndlr]. Mais il faut essayer, voir ce que ça donne".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent