Migrants : le centre d'accueil de Paris ouvrira à la "mi-octobre"

DirectLCI
HUMANITAIRE - Le centre d'accueil pour migrants prévu à Paris ouvrira "autour de la mi-octobre" près de la porte de la Chapelle, a annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse mardi. Un second centre est prévu à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne "d'ici à la fin de l'année".

On en sait davantage sur les futurs centres d'accueil de migrants en Ile-de-France. Celui de Paris sera installé boulevard Ney, dans le 18e arrondissement, "dans une ancienne friche SNCF" près de l'embranchement de l'autoroute A1. Il verra le jour à la "mi-octobre", a annoncé mardi la maire de Paris, Anne Hidalgo, lors d'une conférence de presse détaillant le projet lancé fin mai.


Pour la mairie, cette localisation représente surtout un endroit idéal, près des différents campements sauvages, selon Dominique Versini, adjointe chargée de la solidarité, des familles et de l'enfance. 


Ce site du nord de Paris pourra accueillir 400 personnes dès l'ouverture. Une capacité qui passera à "600 places d'ici la fin de l'année". Il sera réservé aux homme seuls pour une période "de cinq à dix jours", a déclaré la maire de Paris. Géré par Emmaus Solidarités, la vocation première de ce centre sera de proposer une sorte de sas humanitaire pour que les migrants puissent se poser et "bénéficier d'un bilan médical et d'une aide psychologique en attendant d'être orientés vers d'autres dispositifs d'hébergement", a-t-elle ajouté.


Les sites retenus sont des sites temporairesAnne Hidalgo

Un deuxième centre verra le jour "d'ici la fin de l'année". Il sera situé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne ), dans le sud-est de Paris, dans l'ancienne usine des eaux. D'une capacité de 350 places, ce lieu sera dédié aux "publics vulnérables, les femmes, les enfants, qui nécessitent un accompagnement beaucoup plus important", notamment au regard des réseaux de passeurs, a indiqué Anne-Hidalgo.


Face à la bronca des riverains, la maire de Paris a prévenu : "Les sites retenus sont des sites temporaires, qui doivent accueillir dans deux à quatre ans d'autres projets, et il faudra les libérer à terme".


Côté budget,  l'investissement initial s'élève à 6,5 millions d'euros, pris en charge à 80% par la ville de Paris. L'État, qui assurera les coûts d'hébergement, consacrera de son côté "au moins 15 millions d'euros par an", a indiqué la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse. 




En vidéo

Migrants : un deuxième centre de réfugiés ouvrira à Ivry, annonce Anne Hidalgo

En vidéo

Emmanuelle Cosse : "L'État s'engage à prendre en charge le fonctionnement des deux centres d'hébergement" de migrants

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter