Nantes : l’évacuation musclée d’une terrasse de bar par les CRS fait polémique sur les réseaux sociaux

MANIFESTATION - Une vidéo montrant une intervention des forces de l’ordre contre des personnes attablées à une terrasse de bar a suscité la polémique sur les réseaux sociaux.

Des milliers de manifestants s'étaient rassemblés, samedi 14 avril à Nantes (Loire-Atlantique), pour soutenir la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Une manifestation sous tension, qui a rapidement vu éclater des échauffourées entre le cortège et les forces de l'ordre. Parmi les images diffusées sur les réseaux sociaux, l’évacuation d’une terrasse de bar par des CRS a choqué un certain nombre d'internautes.


La séquence, filmée par plusieurs témoins dont un journaliste de Presse Océan, montre une dizaine de clients boivent un verre, attablés à une terrasse du centre-ville. Plusieurs clients adressent quelques critiques et moqueries à une unité de CRS. Ils leur reprochent, notamment, d’avoir lancé du gaz lacrymogène au moment où passait une famille avec enfants. S’en suit l’intervention aussi instantanée que musclée des forces de l’ordre, usant de bombes de gaz lacrymogène et en bousculant tables et chaises. "Allez ! Vous dégagez, vous dégagez !", crie notamment l’un deux.

Une réaction "excessive" et "disproportionnée"

Un réaction jugée "excessive" et "disproportionnée" par les témoins de la scène et le gérant du bar. "Les CRS viennent de gazer gratuitement toute ma terrasse avec des enfants, des poussettes, une femme enceinte, a publié Julien Lassourd, le gérant du YOU, sur Facebook. Ils ont gazé l’intérieur du bar, pris mes chaises pour les jeter sur les clients et amis ! Quand je suis sorti pour leurs demander pourquoi ? Ils ont dit c’est ça ou la matraque." Le patron du bar a indiqué auprès de 20 Minutes son intention de déposer plainte lundi. La police locale ne s’est pas exprimée sur cette évacuation.

"Il faut replacer cette vidéo dans son contexte", nous explique Johann Mougenot, directeur de cabinet de la préfète de Loire-Atlantique. "Si la première manifestation contre les ordonnances de l’État, s’est passée dans le calme, la deuxième manifestation (en soutien à la Zad de Notre-Dame-des-Landes, ndlr) a très vite basculé vers les affrontements. Un certain nombre d'individus se sont pris de manière extrêmement violente aux forces de l'ordre, ils ont commencé à dépaver les voies du tram et à leur jeter les pierres, obligeant les CRS à riposter." 

Les forces de l'ordre ont fait un usage parfaitement maîtrisé de la forceJohann Mougenot, directeur de cabinet de la préfète de Loire-Atlantique

Et d'ajouter : "Les individus qui apparaissent sur les images ne sont pas des gens qui sont en train de siroter tranquillement une limonade à la terrasse d'un café. Ils faisaient partie des manifestants. Ils ont, par ailleurs, tenu des propos très agressifs à l'égard des CRS, même si ce n'est pas la raison pour laquelle les forces de l'ordre sont passées à l'action. Les forces de l'ordre ont fait, selon moi, un usage parfaitement maîtrisé de la force. D'ailleurs, ils n'ont pas utilisé de grenade lacrymogène. Au moment où ces images sont tournées, les CRS sont en train de repousser les manifestants pour éviter qu'ils ne commettent davantage de dégradations. On aperçoit de la fumée sur les images, elle s'échappe d'un véhicule, situé à proximité, qui venait justement d'être incendié par les manifestants."

En vidéo

Notre-Dame-des-Landes : le bras de fer continue entre les zadistes et les gendarmes

Au total, environ 7000 personnes s’étaient retrouvées samedi dans le centre-ville de Nantes, selon la préfecture. Douze individus ont été interpellés. Une soixantaine de policiers ont été blessés, dont deux conduits à l’hôpital, selon la police.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Notre-Dame-des-Landes : après l'abandon et l'évacuation, le dépôt des dossiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter