Nice : l'arrêté anti-burkini suspendu

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

La polémique autour du burkini

MOT DE LA FIN - Le tribunal administratif de Nice vient de suspendre ce jeudi l'arrêté anti-burkini pris par la municipalité cet été. "Une nouvelle étape", pour l'avocat du Comité contre l'islamophobie en France, interrogé par LCI.

Ce n'est pas une surprise. A la suite de la décision du Conseil d'Etat d'invalider l'arrêté dit "anti-burkini" de Villeneuve-Loubet, la ville de Nice a vu, à son tour, son arrêté municipal suspendu par le tribunal administratif, ce jeudi 1er septembre.

Une décision confirmée à LCI par la mairie de Nice, et par Sefen Guez Guez, l'avocat du Comité contre l'islamophobie en France (CCIF). "C'est à la fois une nouvelle étape et une nouvelle victoire", se réjouit-il. Nouvelle étape, car selon lui, l'affaire burkini est loin d'être terminée. "Nous allons laisser un peu de temps aux autres maires récalcitrants, qui suite à la décision du Conseil d'Etat, ont maintenu malgré tout leur arrêté. A défaut, on continuera à saisir les tribunaux administratifs", prévient-il.

Villes emblématiques

Cette suspension, malgré tout, fera date. "Nice, avec Villeneuve-Loubet, est une ville emblématique dans cette polémique sur le burkini. Fréjus, elle aussi, a sauté le pas. Donc les petites villes ont tout intérêt à suspendre leur arrêté, plutôt que d'attendre une décision de justice."

Si l'été touche à sa fin, la polémique autour du burkini n'en fini donc pas d'occuper les cours de justice. Car si les arrêtés municipaux en question ont peu de chance de subsister, jurisprudence du Conseil d'Etat oblige, les parties plaignantes ne comptent pas s'arrêter là. "Dans un second temps, nous mettrons en place un recours pour indemniser les personnes évacuées des plages" fait encore savoir Me Guez Guez à LCI. En attendant, une réaction de Christian Estrosi sur le sujet est attendue dans l'après-midi.


 A LIRE AUSSI >> Arrêté "anti-burkini" : 16 verbalisations en 48 heures

Inscription du burkini dans la Constitution : ce qu'en pense Marc Trévidic

En vidéo

Marc Trévidic sur l'inscription du burkini dans la Constitution : "Il faut clairement poser le principe d'égalité devant la loi"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter