Nice : un agriculteur poursuivi pour aide aux migrants

Nice : un agriculteur poursuivi pour aide aux migrants

SOLIDARITE. Lundi 17 octobre, à Saint-Dalmas-de-Tende, un agriculteur, membre d’une association, avait ouvert un camp de transit pour migrants. Il a été arrêté et encourt jusqu'à 5 ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Un agriculteur âgé de 37 ans et originaire de Breil-Sur-Roya est poursuivi pour "aide à l’entrée, à la circulation et au séjour d’étrangers en situation irrégulière", ainsi que pour "installation d’une habitation dans des locaux privés". Déféré au parquet après 48 heures de garde à vue samedi 22 octobre, il passera devant le tribunal le 23 novembre prochain. L’homme encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement, et 30 000 euros d’amende. 

Un précédent classé sans suite

Membre de l’association Roya Citoyenne, qui promeut la solidarité avec les migrants tentant de passer la frontière depuis la ville italienne de Vintimille, le trentenaire avait déjà été interpellé en août dernier. Il transportait huit Erythréens à bord de son véhicule. Le parquet de Nice avait classé l’affaire sans suite. Il s’appuyait notamment sur la législation permettant d’accorder une immunité à titre humanitaire aux individus passeurs bénévoles qui agissent au profit de personnes migrantes dont la vie est jugée en péril.  

Lire aussi

    Une colonie désaffectée transformée en camp de transit pour migrants

    Lundi 17 octobre, l’association Roya Citoyenne, dénonçant "l’inertie" des pouvoirs publics sur la question migratoire, avait investi une colonie de vacances désaffectée de la SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende. Elle souhaitait transformer le site en un "lieu de transit" pour les migrants arrivant dans la Roya, première vallée des Alpes côté français de la frontière. Une route fréquemment empruntée par les passagers en provenance d’Italie.  Les forces de l’ordre étaient cependant intervenues en milieu de semaine afin d’évacuer le camp. Quatre personnes avaient été placées en garde à vue, mais trois d’entre elles avaient rapidement été relâchées. Les mineurs étrangers isolés avaient de leur côté été placés dans des centres d’hébergement du département, tandis que les réfugiés adultes avaient été confiés aux services de police afin d’être reconduits en Italie. 

    Lire aussi

      À la suite de la mise en garde à vue de l’agriculteur militant, une cinquantaine de membres de Roya Citoyenne s’étaient rassemblés devant le tribunal de Nice afin de demander sa libération.

      Lire aussi

        En vidéo

        JT WE - Le maire de Saint-Bauzille-de-Putois s’oppose à l’accueil de 87 migrants

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        "Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

        Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

        VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

        EN DIRECT - Covid-19 : l’Australie pourrait maintenir ses frontières fermées jusqu’à fin 2022

        Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

        Lire et commenter

        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.