Non, cette photo n’a pas été prise pendant l’évacuation de l'église Sainte-Rita

SOCIÉTÉ
HOAX - La photo d’un homme plaqué au sol par la police, présenté comme étant un fidèle de l’église Sainte-Rita, tourne sur les réseaux sociaux. En réalité, elle montre un militant du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire interpellé lors d’une manifestation interdite par la préfecture, à Calais, au mois de mars 2016.

L’évacuation par les forces de l’ordre, mercredi matin, de l’église Sainte-Rita à Paris, a ouvert la voie à de multiples intox. Nombreux sont les partisans de la droite et de l’extrême droite, notamment, qui dénoncent la "christianophobie" d’un "gouvernement hésitant à fermer les mosquées", alors même que l’expulsion, demandée par une association catholique en vue d’une opération immobilière, était prévue de longue date. Et les images n’échappent pas à une même forme de manipulation.

Sur Twitter, depuis hier, tourne la photo d’un homme plaqué au sol par un policier. En arrière-plan, un CRS agenouillé lui maintient les jambes. L’image est assortie du commentaire : "Qu’a-t-il fait ? Il volait ? Non, il priait..." ainsi que des mots clés "#les priorités de Cazeneuve" et "#SainteRita", laissant entendre que la scène photographiée s’est déroulée pendant l’évacuation de l’église. A l’origine de ce tweet, partagé plus d’une centaine de fois ? Un internaute qui se présente comme le "pilote" du site "Hollande-démission".

Un cliché qui date... du mois de mars

Ce cliché, en réalité, ne date pas d’hier. Mais du 12 mars 2016, très précisément. Il s’agit en fait de la capture d’écran d’une vidéo tournée à Calais, lors d’une manifestation non autorisée par la préfecture du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, pour protester contre la présence des migrants.

La vidéo en question, la voici. Elle a été postée sur YouTube au lendemain de la manifestation, qui a abouti à plusieurs interpellations. Et montre le jeune militant (à 1'08), debout aux abords d’un sit-in, mis au sol par un CRS puis par un agent de police avant d’être menotté. A l’époque, sur les réseaux sociaux, le groupuscule Génération identitaire indiquait se réserver le droit de porter plainte pour violences.
 

A LIRE AUSSI
>> Altercation violente à Calais : Gaël Rougemont ne sera pas poursuivi
>> 
PHOTOS - A Calais, la "Jungle" évacuée dans la tourmente
>> 
Calais : parler de "jungle", est-ce raciste ?

Sur le même sujet

Lire et commenter