Non Gérard Collomb, la PMA pour toutes ne nous rendra pas tous "cousins"

SOCIÉTÉ
COUSIN/COUSINE - Gérard Collomb s'est fendu d'une belle bourde dimanche 17 septembre, dans le Grand jury de RTL/LCI. Il craint en effet que la PMA pour toutes conduise des gens à "se retrouver cousins sans le savoir". Seulement voilà, comme la PMA existe déjà en France, cet argument est rayé de la carte depuis longtemps. Explications.

La sortie a failli nous échapper. Elle était pourtant de taille. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb est revenu sur la question de la PMA pour toutes, dimanche 17 septembre dans le Grand Jury sur RTL/LCI. Visiblement peu à l'aise sur le sujet, il a d'abord assuré que cette avancée sociétale n'était "pas la priorité" du moment. "Pour moi, le problème fondamental aujourd'hui, c'est celui de vaincre le chômage" a-t-il ainsi déclaré.

En vidéo

Gérard Collomb dans le Grand Jury

Soit. Passons sur le glissement sémantique entre la GPA et la PMA, deux procédures qui n'ont aucun rapport entre elles et que le ministre de l'Intérieur a allégrement mis sur le même plan : "Autant, je pense qu'on peut accepter la PMA, autant je suis opposé à la GPA, les mères porteuses, parce que c'est la marchandisation des corps". 

Pas plus de dix enfants par donneur

Non, la petite phrase qui était passée inaperçue, ce sont nos confrères de Marianne qui l'ont repérée. La voici : "Vous le savez, qu'on ne retrouve pas à un moment donné des gens qui, parce que vous êtes dans le même endroit et que vous recueillez beaucoup [de dons], puissent se retrouver cousins, dans les mêmes lieux, sans le savoir... " Autrement dit, le nouvel argument de Gérard Collomb pour montrer sa réticence à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, est cette crainte : que nous devenions, à plus ou moins long terme, tous cousins. 


Gérard Collomb, nous sommes aujourd'hui en mesure de vous rassurer. Là encore, c'est Marianne qui éclaire notre lanterne. Rappelons-le d'abord : la procréation médicalement assistée (PMA) est déjà légale en France, pour les couples hétérosexuels. Du coup, les aspects techniques de la chose ont d'ores et déjà été pensés : 

Ainsi, comme l'indique l'article L1244-4 du code de la santé, "le recours aux gamètes d'un même donneur ne peut délibérément conduire à la naissance de plus de dix enfants". Par voie de conséquence, et assez logiquement, l'ouverture de la PMA à toutes les femmes ne devrait guère nous conduire à nous unir, prochainement, à nos cousins-cousines. Ouf. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter