Non, le cabinet McKinsey qui conseille la France n'a pas reçu 500M$ d'amende pour sa gestion du Covid

L'amende est question n'a rien à voir avec la gestion de l'épidémie.

CONFUSION - La sénatrice LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer assure que le cabinet McKinsey, qui accompagne le gouvernement dans la pandémie, a été sanctionné d'une très lourde amende pour sa gestion du Covid. C'est faux.

Au tout début de l'année, Le Point indiquait que le cabinet de conseil McKinsey, qui assiste le gouvernement dans sa gestion de l'épidémie, touchait 2 millions d'euros par mois. Un partenaire décrié, que la  sénatrice LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer a directement visé dans un message posté à ses abonnés sur Twitter. 

"Mauvaise nouvelle pour Macron", écrit-elle, "son cabinet de conseil McKinsey a été condamné à 573 millions de dollars pour fraude et de multiples erreurs dans sa vision et gestion du Covid". Aux quelque 100.000 personnes qui la suivent, elle demande : "Ça a coûté combien aux français cette série de fiascos ?", tout en dénonçant un "silence médiatique et politique". Problème : ce cabinet n'a pas été épinglé pour sa gestion de l'épidémie. Il a bien reçu une amende de ce montant, mais dans le cadre d'une toute autre affaire, aux États-Unis. Et la France n'a pas à payer le moindre centime dans ce cadre.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Épingle dans la crise des opioïdes

Valérie Boyer fait une confusion entre l'activité actuelle du cabinet en France et les activités qui lui ont valu d'avoir à passer un accord avec les procureurs généraux. La somme à laquelle elle fait référence est en effet celle versée par McKinsey pour des faits qui se sont déroulés aux États-Unis afin de clore les procédures engagées "sans admission d’illégalité, de faute, ou de responsabilité. Et sans condamnation de la part de la justice américaine", nous précise-t-on du côté de McKinsey. 

LCI expliquait en effet il y a quelques jours que les autorités américaines reprochaient au cabinet d'avoir "contribué à la crise dévastatrice des opiacés aux États-Unis en donnant des conseils marchands aux géants pharmaceutiques au détriment de la santé des citoyens". Des actes graves, puisque "plus de deux millions de personnes dépendantes" étaient "comptabilisées en 2018 et 400.000 décès enregistrés en moins de vingt ans".

Lire aussi

McKinsey "vient de conclure un accord prévoyant le versement de 573 millions de dollars, soit 476 millions d'euros, aux pouvoirs publics américains pour réparer les dommages causés auprès de la population". Un arrangement financier a été conclu avec les avocats généraux de 47 États, du District de Columbia et de 5 territoires, ont révélé le New York Times et le Wall Street Journal

En conclusion, il est faux d'affirmer que McKinsey a payé plus de 500 millions de dollars pour son activité liée au Covid. Valérie Boyer effectue ici une confusion, ce qui n'a pas empêché son message d'être relayé plusieurs milliers de fois en l'espace de 24 heures.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Joe Biden promet suffisamment de vaccins pour tous les adultes américains "d'ici fin mai"

Quelles sont les alternatives au confinement le week-end ?

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Covid-19 : AstraZeneca, itinéraire d'un vaccin décrié finalement réhabilité

Lire et commenter