"Nous ne vaincrons pas Daech par des mesures sécuritaires et militaires"

"Nous ne vaincrons pas Daech par des mesures sécuritaires et militaires"
SOCIÉTÉ

LIVRE - Enseignant à l’université d’Oxford et à celle du Michigan aux Etats-Unis, spécialiste du terrorisme, directeur de recherche au CNRS à Paris, l'anthropologue Scott Atran publie mercredi 4 mai "L'Etat islamique est une révolution". Dans cet ouvrage, il se penche sur ce nouvel ordre politique et religieux qui séduit des milliers de jeunes aujourd'hui et contre lequel il est encore difficile de lutter.

Il n'est resté que trois jours à Paris pour faire la promotion de son livre, L'Etat islamique est une révolution. Hasard du calendrier, Scott Atran, anthropologue américain, enseignant à l’université d’Oxford et à l’université du Michigan et spécialiste du terrorisme , devenu référence mondiale en la matière, a débuté sa tournée médiatique le 27 avril, date à laquelle Salah Abdeslam est arrivé sur le sol français.

A LIRE AUSSI >> Notre dossier consacré à l'Etat islamique

Forcément, on est tenté de lui demander ce qu'il pense du dernier terroriste présumé survivant des attentats de Paris. "J'aimerais avant tout savoir pourquoi son 'frère', son ami Mohamed Abrini, ne s'est pas associé à cette action terroriste, c'est la chose la plus intéressante aujourd'hui. C'est aussi la meilleure façon d'empêcher les autres de se joindre à ce groupe. Salah Abdeslam est impliqué dans un réseau qui compte environ 300 personnes, et dont Abelhamid Abaaoud était le protagoniste principal. Il est le seul survivant des attentats de Paris, il a des informations cruciales sur le réseau. Il faudrait qu'il parle."

L'Etat islamique, "quelque chose de contagieux et accueillant"

Les terroristes, Scott Atran les connaît par cœur. "Je travaille dessus depuis 15 ans maintenant. J'ai commencé après le 11-Septembre, je me suis penché sur Al-Qaïda, ses financements, ses hommes. Aujourd'hui, je m'intéresse à Daech", dit-il.

Les hommes séduits par l'Etat islamique, Scott Atran ne les a pas regardés de loin, derrière des écrans d'ordinateurs ou de télé. Il est allé à leur rencontre en Irak, dans les banlieues et là où il savait qu'il les trouverait… "La plupart sont des jeunes qui se cherchent et qui ont trouvé leur voie dans le djihad, insiste le spécialiste. La 'guerre sainte' donnent tout d'un coup un sens à leur vie. Pour eux, le message de l'Etat islamique est à la fois quelque chose de contagieux et d'accueillant".

Et l'anthropologue va plus loin dans son constat : "Le djihad leur propose de se retourner contre leurs oppresseurs. Ils voient ça comme une révolution glorieuse qui aboutirait à leur rédemption personnelle et à la libération de l'humanité. Pour eux, il faut peut-être détruire le monde pour le sauver. S'il est nécessaire de tuer, de libérer par la violence, ils n'hésitent pas à le faire."

Adopter une nouvelle stratégie

Scott Atran en est convaincu : "Nous ne vaincrons pas l'Etat islamique avec des mesures sécuritaires et militaires". Les centres de déradicalisation, les réunions d'experts, il n'y croit pas non plus. "Cela ne mènera à rien", assure-t-il. Pour faire face à l'expansion de Daech, pour limiter le recrutement de djihadistes, il faut, poursuit-il, "s'introduire dans les groupes d'amis et aller chercher où sont les maux de ces jeunes à la dérive". Il faut "tenter de les comprendre", martèle le spécialiste.

Sa réflexion est devenue modèle. Aujourd'hui, les travaux de Scott Atran inspirent Barack Obama. Mais pas seulement. Les gouvernements étrangers le consultent régulièrement pour recueillir son analyse. La semaine dernière, il était invité au colloque international de prévention de la radicalisation qui s'est tenu à l'Ecole Militaire, à Paris. Promotion oblige, il n'a pas pu s'y rendre mais, alors que la France a été la cible de huit attaques terroristes en 2015, dont six le 13 novembre, les éclairages sur le terrorisme de cet expert sont, ici aussi, les bienvenus.

L'Etat islamique est une révolution de Scott Atran, éditions Les liens qui libèrent, 156 pages, 14 euros. En librairie le 4 mai.

A LIRE AUSSI
>> Loin des images de propagande, l'attaque ratée de Daech filmée par une GoPro
>> Les impôts improbables inventés par Daech pour renflouer ses caisses

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent