Avec sa nouvelle vidéo choc, L214 veut interpeller sur le gazage des cochons dans les abattoirs

DirectLCI
ABATTAGE - Attention, images choquantes. L214 a diffusé une nouvelle vidéo filmée dans un abattoir des Yvelines. Elle montre un lent et difficile processus d'étourdissement de porcs par gazage. Une méthode légale, mais qui fait polémique à cause de la lenteur de l'agonie de l'animal.

L214 a de nouveau frappé. L’association de défense des animaux a publié ce jeudi une nouvelle vidéo choc. Elle s’attaque cette fois à l’étourdissement par gazage des porcs. Une pratique notamment utilisée dans un abattoir d’Houdan, dans les Yvelines, où elle a filmé des images à peine soutenables. Les animaux sont descendus dans une fosse au fond de laquelle la concentration de CO2 est de 90%. S’en suivent convulsions et cris stridents pendant près de 40 secondes, avant l’évanouissement. Une méthode qui provoque de "graves souffrances pour les animaux", dénonce L214 qui interpelle le ministre de l'Agriculture Jacques Mézard. Elle a d'ailleurs lancé une pétition pour obtenir l'arrêt du gazage en France.

Une technique reconnue par la FAO

Les responsables de l’abattoir, eux, se défendent. Ils estiment que les porcs ne restent conscients que 10 à 20 secondes avant de sombrer. Également attaqués sur la configuration de leur machine qui "allonge encore la durée de l'asphyxie des cochons", ils affirment que celle-ci est en règle. "Elle a été homologuée avec l'aide de l'association de protection animale OABA (Oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoir), a réagi le directeur de l'abattoir de Houdan, Vincent Harang, auprès de l'AFP. Mais il faut savoir que l'endormissement au CO2 ne sera jamais instantané".


Cette technique d’étourdissement concerne l’abattage de près de 4 millions de cochons par an, soit 15 à 18% du total en France, estime l'association. Elle est reconnue par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Celle-ci recommande que le gaz ne soit pas "désagréable" et que la durée d’exposition soit "assez longue pour entraîner la mort de l’animal." L’organisation recommande également une surveillance permanente de la concentration du gaz au cas où celle-ci chuterait "en dessous du niveau requis".

Un contexte tendu

La publication de cette vidéo intervient quelques jours seulement avant le procès de deux de ses militants, jugés pour avoir pénétré par effraction dans cet abattoir d’Houdan en décembre 2016. Ils avaient été interpellés de nuit, alors qu’ils venaient récupérer une caméra installée pour filmer l’étourdissement des porcs. Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Versailles lundi prochain. En février dernier, d’autres images tournées dans cet abattoir avaient été diffusées par l’association. Elles montraient des porcs, contraints d’avancer dans un étroit couloir sous les coups d’un battoir et les décharges d’un pistolet électrique manipulés par un employé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter