Noyades : après des mois de confinement, comment éviter un été meurtrier ?

ILLUSTRATION

PRÉVENTION - À l’heure des premiers départs en vacances, le ministère des Sports veut limiter les risques d’accidents liés aux baignades et pour ce faire, il lance une campagne de prévention. Un enjeu crucial cette année, après plusieurs mois sans cours de natation possibles.

Pour éviter un drame cet été à la piscine ou à la plage, la vigilance reste de mise, même après une année de privations. C’est le message sur lequel le gouvernement veut insister, en s’appuyant sur un plan de lutte contre les noyades lancé cette semaine. Avec les confinements successifs, les piscines sont restées fermées plus de six mois. Une année quasi sans cours de natation pour les enfants, que ce soit dans le cadre de l’école ou en club. Soit autant de débutants potentiels au bord des plages, des piscines ou des cours d'eau.

La levée des restrictions sanitaires risque également d’encourager les baignades imprudentes dans des espaces non sécurisés. Plusieurs drames ont déjà marqué le début de la saison estivale : un enfant de deux ans et demi s'est noyé mardi 29 juin dernier dans la piscine familiale à Griselles, dans le Loiret, tandis que le week-end précédent, cinq personnes ont trouvé la mort en Savoie et au large de Narbonne. 

1000 morts chaque année, un Français sur 5 dit ne pas savoir nager

Chaque année, environ 1000 personnes décèdent de noyade en France, et le nombre d’accidents a augmenté ces dernières années : 1649  en 2018, contre 1266 en 2015, selon le site du ministère des Sports. Cette hausse concerne surtout les enfants de moins de 13 ans, en particulier dans des piscines privées familiales pour les moins de six ans. Le chiffre risque de grimper encore cette année, puisque la crise sanitaire a dopé la construction de bassins privés. En 2020, on en compte 197.000 de plus, soit une augmentation de 27,5 % en un an selon la Fédération des Professionnels de la Piscine et du Spa. 

Plus largement, la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, selon Santé Publique France. Un sondage OXO Energy/Ifop dévoilé par le Journal du Dimanche cette semaine révélait aussi que près d’un Français sur cinq dit ne pas savoir nager. 

Face à ce fléau, le gouvernement lance cette semaine une nouvelle campagne de prévention. "Le message principal, c'est la vigilance de tous les instants, a expliqué la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, dans les colonnes du Journal du Dimanche. Une noyade, c'est vite arrivé."  "La seule manière de lutter contre ce phénomène, c’est de savoir nager", affirmait déjà la ministre au Parisien en mars dernier.

Clarisse Crémer, Téhéuira ou encore Dr Nozman se joignent à l'alerte

Pour mener une large campagne de prévention, le ministère a mobilisé plusieurs personnalités du milieu du sport, de la télévision et d’Internet. Parmi eux le nageur Alain Bernard, champion olympique, la navigatrice Clarisse Crémer, première femme du Vendée Globe cette année, et le nageur paralympique Théo Curin. Mais aussi Téhéiura, l’emblématique aventurier de Koh-Lanta, et le YouTubeur scientifique Dr Nozman. 

Une vidéo de prévention du vulgarisateur scientifique est d’ores et déjà disponible sur le site du ministère des Sports. Elle est complétée par sept tutoriels vidéo pour apprendre à son enfant les bases de la survie dans l’eau, de l’acclimatation au bassin aux techniques pour flotter. La campagne s’inscrit dans le cadre du plan “aisance aquatique” lancé en 2019 par le gouvernement, destiné à sensibiliser les parents à la sécurité de leurs enfants lors des baignades. 

Un spot radio intitulé "Vous tenez à eux ne les quittez pas des yeux" est également programmé autour des weeks-ends des 14 juillet et 15 août, propices à la multiplication des accidents. La capsule audio rappellera notamment qu'un enfant qui se noie "ne crie pas et n'agite pas les bras". Une campagne d’affiche accompagnera la diffusion du message. "Sur les plages les plus touchées par les noyades, a ajouté Roxana Maracineanu au JDD, on va mettre à disposition des bouées de natation pour ceux qui veulent s'éloigner tout en restant visibles."

Cette mobilisation s’inscrit dans une politique de prévention marquée ces dernières années. Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, 217.000 enfants ont bénéficié d’un programme d’enseignement de la natation dès trois ans. Pour intensifier l’effort, le ministère s’est associé à des pisciniers pour organiser dès la mi-juillet des classes bleues dans des bassins de démonstration, rapporte le JDD

Un dispositif “également renforcé par un plan de développement des piscines, notamment les bassins d’apprentissage dans les territoires les moins équipés, doté de 15 millions d’euros”, ajoute le site du Ministère des Sports.   

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

VIDÉO - À Marseille, Éric Zemmour termine son périple chahuté par un échange de doigts d'honneur

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.