Obsolescence programmée : les collants aussi ?

Obsolescence programmée : les collants aussi ?

CONSOMMATION - Pourquoi nos collants se filent-ils ou se déchirent-ils si rapidement ? L'association Halte à l'obsolescence programmée a mené l'enquête : elle soupçonne les fabricants de ne rien faire pour améliorer leur durabilité, et ainsi programmer (volontairement) leur fin de vie.

On avait entendu parler de cas d’obsolescence programmée pour des imprimantes ou des téléphones portables. Mais ce mardi, l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) publie une enquête dans laquelle elle se penche sur le problème des collants qui filent et se trouent après quelques utilisations seulement. 

"Au nom de quelle invraisemblable logique, dans un siècle aussi technologique où les voitures sont en passe d’avancer toutes seules et où même les tissus sont intelligents, devrions-nous perdre temps et argent à traiter ce vêtement quotidien comme un objet rare et précieux" s’interroge l’association en introduction de son enquête.

Lire aussi

Les additifs chimiques en question

Pour réaliser son étude, HOP a interrogé 3000 personnes, à 98% des femmes. Selon les personnes interrogées, 72% des paires de collants ne dépassent pas les 6 utilisations, et 40% ne survivent pas à plus de 3 !  Des durées de vie limitées qui obligent les consommateurs, selon les calculs de l’association, à acheter en moyenne 10 à 11 paires par an, pour un budget de plus d’une centaine d’euros. Près de 93% des personnes interrogées expliquent s’être débarrassées de leur paire de collants non pas parce qu’elle ne leur allait plus mais parce qu’elle était trouée (42,5%) et qu’elle s’était filée (49,8%).

Alors pourquoi les collants d’aujourd’hui sont si fragiles, quand nos grands-mères pouvaient garder les leurs des années, voire toute une vie ? HOP rappelle que les intrants chimiques déterminent le niveau de résistance et la tenue de la coloration d’un collant. Et que certains fabricants peuvent jouer sur ces additifs chimiques pour rendre un collant plus ou moins résistant, et donc programmer sa fin de vie. Diminuer la quantité d’agent de protection rendrait notamment les fils de nylons plus sensibles aux rayons ultraviolets et à l’oxygène de l’air.

Si vous souhaitez conserver un collant le plus longtemps possible, l’association vous conseille de vous tourner vers les marques Wolford, Bleuforêt, Gerbe ou Calzedonia. A noter toutefois : leur note de durabilité n’excède pas les 3/5, assez médiocre. Malgré sa renommée, DIM n’atteint pas la moyenne (2/5).

En vidéo

Les bas et collants français haut de gamme se fabriquent à Sumène

 Et si vous souhaitez que votre collant ne se file ou ne se déchire pas avant même d’être de sortir de chez vous, fuyez les marques de grandes surfaces, Golden Lady, Well et H&M. "Aucune offre sur le marché des grandes marques ne semble correspondre aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui en matière de durabilité" constate tristement HOP.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

Covid-19 : un antidépresseur déjà sur le marché efficace pour réduire les hospitalisations ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.