Œufs contaminés : Foodwatch dénonce la réaction tardive des autorités françaises face à ce "scandale sanitaire"

Société
SCANDALE - Après que les autorités françaises ont révélé lundi que des lots contaminés ont été livrés sur le territoire, la directrice information de l'ONG Foodwatch dénonce sur LCI un scandale sanitaire et réclame davantage de transparence sur l'enquête.

Lundi, les autorités françaises ont révélé la livraison le mois dernier de lots contaminés à deux usines hexagonales fabriquant des produits à base d’œufs. Alors qu'en même temps, des millions d’œufs ont été retirés des rayons de plusieurs pays européens après la découverte de résidus de friponil dans des œufs mis en vente en Belgique et aux Pays-Bas. Ingrid Kragl, directrice information de l'ONG Foodwatch, a dénoncé mardi matin sur LCI une réaction tardive des autorités françaises : "L'alerte sanitaire à ce sujet a été lancée par la Belgique le 20 juillet en ciblant un certain nombre de pays européens dont la France. Cela fait bientôt trois semaines que la France sait qu'il y a un problème". 

Lundi, le ministre de l’agriculture a affirmé dans un communiqué que deux établissements fabriquant des produits à base d'oeufs situés dans la Vienne et le Maine-et-Loire ont reçu 13 lots d'oeufs contaminés en provenance des Pays-Bas entre le 11 et le 26 juillet 2017. Des investigations sont en cours. 


Suite à cette annonce, de nombreuses questions se posent.  Combien d'oeufs ? Comment ont-ils fini ? Où ont-ils abouti ? Ont-ils été consommés ? Selon Foodwatch, l’enquête lancée par le gouvernement se fait dans l’opacité la plus totale. Le consommateur n’est pas informé et ne sait pas s'il a été ou pas exposé. Un procédé "inacceptable". 

En vidéo

Des millions d'oeufs retirés de la vente en Europe

Un produit totalement interdit et toxique

Foodwatch accuses les entreprises d’avoir, en utilisant ce produit, fait fi du consommateur pour régler un problème. Le friponil est un insecticide utilisé contre les puces et les acariens, interdit sur les poules pondeuses. "Une décision prise par la commission européenne afin de  protéger le consommateur", rappelle Ingrid Kragl.  Elle poursuit :  "L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère que le fipronil présente une toxicité moyenne mais il a impact sur le corps notamment sur les reins, le foie et les grandes".  Ainsi, selon elle, le problème ne sont pas les doses mises en cause mais le fait que les autorités aient laissé faire. D’après l’organisme, le scandale sanitaire aurait pu être évité avec notamment des contrôles en amont. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter