On a lu le livre de Trierweiler : ce n'est pas "vachard", c'est pire...

On a lu le livre de Trierweiler : ce n'est pas "vachard", c'est pire...

COMPTE-RENDU - Alors que la sortie surprise de son livre défraie la chronique, Valérie Trierweiler s'est défendue d'avoir écrit un brûlot anti-Hollande. Alors, pour se faire une idée complète, metronews l'a lu en entier.

Tous ceux qui ont été quittés connaissent ce moment. Il est tard, les amis venus offrir un peu de réconfort sont repartis, seule reste l'absence, le vide. Les souvenirs de l'être perdu tournent en boucle. A la douleur vient alors se mêler la rage, puis monte l'irrépressible envie de blesser la cause de ces souffrances. C'est là, souvent, que part le regrettable texto : ce mélange de reproches assassins et de suppliques désespérées, sur lequel le lendemain matin jettera une froide lumière pathétique. Le livre de Valérie Trierweiler est de cet ordre. Pendant plus de 300 pages.

>> Livre de Trierweiler : metronews vous raconte sa lecture

Mercredi, l'ex-Première dame a déploré auprès de RTL que la presse ne retienne de Merci pour ce moment que les passages les plus "vachards" . Et d'assurer : "J'ai aussi écrit toute l'admiration que j'ai pour le Président". Conscient que l'exercice des bonnes feuilles organisé par les maisons d'édition a effectivement ses limites, qu'il ne montre – c'est sa raison d'être – que les aspérités les plus saillantes d'un ouvrage, metronews s'est attelé le jour de sa sortie à une lecture complète. Pour chercher, au-delà des vacheries, ce qu'a vraiment voulu nous dire son auteure. Sauf que le reste est pire..

"J'étais folle amoureuse, me voici folle de rage"

"Le pouvoir a agi comme un acide, il a miné notre amour de l'intérieur", écrit Valérie Trierweiler. Qui illustre parfaitement ce propos, en minant elle-même son ouvrage d'un poison insidieux : l'amertume. Chapitre après chapitre (il y en a 14), des scènes de sa vie avec François Hollande sont ressassées, menant toutes à la même conclusion : il est coupable, elle est victime. Mais puisque la tromperie est avérée, que la responsabilité du Président n'est pas à démontrer dans cette affaire, pourquoi un tel réquisitoire ? Réflexe compréhensible, le "mouchoir usagé" veut reprendre la parole, et livrer sa vérité. Sauf qu'au long de ce récit, c'est aussi l'image d'un amour rongé par la jalousie qui se dessine. On plaint certes la femme qui, invitant son compagnon à un repas de Noël en famille, se voit gifler d'une phrase à propos de ses proches : "Elle est quand même pas jojo, la famille Massonneau..." Mais faut-il compatir quand, aux obsèques de Nelson Mandela, elle reproche au Président de la négliger pour parler à... Nicolas Sarkozy ?

Pris à témoin, le lecteur n'en retire finalement qu'une impression de malaise, comme s'il avait surpris la dispute d'un couple aux torts partagés. Par ce trou de serrure que Valérie Trierweiler a ouvert sur l'intimité de son ancien couple, on n'aperçoit nulle remise en question de l'auteure. Dans ces circonstances, les fameuses flèches décochées à l'ex ne semblent obéir qu'à un simple désir de vengeance. Comme lorsqu'elle fait remarquer, à propos des costumes qu'elle avait jetés en 2010 suite à son régime spectaculaire, qu'"il pourrait les remettre aujourd’hui"... Quant à l'"admiration" soi-disant témoignée au Président dans ce livre, elle n'apparaît guère plus qu'à trois reprises : "Je suis épatée par son intelligence, sa vivacité" (p.112), il est "drôle, brillant" (p.132) et "il m'impressionne souvent" (p.304).

Dans un moment d'introspection, l'auteure analyse : "J'étais folle amoureuse, me voici folle de rage". On l'entend. "Le silence de l'être aimé est un crime tranquille", a-t-elle par ailleurs placé en exergue. On le comprend. Mais la parole de l'être blessé n'est parfois qu'un cri furieux. C'est le cas ici.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Covid-19 : confinement prolongé jusqu'au 4 octobre en Nouvelle-Calédonie

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.