Onfray sur l'affaire Darmanin : "Quand on viole les femmes, on ne leur propose pas d’aller dans une boite à partouze et à l'hôtel"

DirectLCI
L'ENTRETIEN D'AUDREY - Dans une interview à LCI ce dimanche, le philosophe est revenu sur l'affaire Darmanin, estimant qu'une femme qui accepte d'aller dans une "boîte à partouze" et de passer "une nuit à l'hôtel", ce n’est pas "l’idée qu'il se fait du viol".

"Ce n’est pas l’idée que je me fais du viol". Michel Onfray s'est exprimé pour la première fois ce dimanche sur l'accusation de viol à l'encontre de Gérald Darmanin. Le parquet de Paris a rouvert une enquête sur une accusation de viol visant le ministre des Comptes publics pour des faits présumés datant de 2009 que l'intéressé conteste catégoriquement. Une première plainte avait été classée sans suite.


Selon le journal Le Monde qui a révélé l'affaire, cette femme de 46 ans s'était adressée en 2009 à M. Darmanin, alors jeune chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP, pour tenter de faire annuler une condamnation prononcée à son encontre en 2004 pour des faits de chantage à l'égard d'un de ses anciens compagnons. D'après le quotidien, Gérald Darmanin aurait obtenu des faveurs sexuelles de la plaignante un soir en échange de la promesse d'une intervention auprès de la chancellerie. 

Ce n’est pas l’idée que je me fais du viol".Le philosophe Michel Onfray sur LCI

"Je ne pense pas que quand on viole les femmes on leur propose d’aller dans une boite à partouze et qu’ensuite on passe la nuit dans l’hôtel, a estimé ce dimanche 4 février le philosophe, dans L'Entretien d'Audrey sur LCI. Ce n’est pas comme ça que ça se passe, ce n’est pas l’idée que je me fais du viol". 


Et d'assurer : "Cette idée que des femmes consentent à des relations sexuelles et le lendemain se prévalent de ces relations sexuelles pour dire qu’elles ont été violées je trouve que c’est un peu excessif à l’endroit des femmes qui elles se sont faites violées, un soir dans un parking par des gens qui leur ont mis un couteau sous la gorge et qui ont abusé d’elles car la mort était peut-être au rendez-vous si elles se refusaient".


Des propos qui n'ont pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Antisexisme a de son côté estimé qu'il s'agissait d'un "bel exemple des mythes entourant le viol". "Un 'vrai viol' se serait : - dans un parking ; - par un inconnu ; - avec un couteau ; - la nuit. Bravo pour les clichés #culture du viol".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'entretien d'Audrey

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter