"Je m’engage à ce qu’il n’y ait pas d’impact pour le quotidien de nos armées" : Florence Parly, ministre des Armées, invitée du 20h de TF1

SOCIÉTÉ

RASSURER - La ministre des Armées Florence Parly était l'invitée du 20H de TF1 ce jeudi en pleine polémique après la démission du chef d'état-major des Armées, Pierre de Villiers.

Rassurer. Quelques heures après la venue d’Emmanuel Macron sur la base d’Istres pour rassurer les militaires français – choqués par la démission du chef d’état-major Pierre de Villiers – c’est au tour de la ministre des Armées d’expliquer la politique gouvernementale en matière de défense. Florence Parly était l’invitée du 20h de Julien Arnaud sur TF1. "Je m’engage à ce qu’il n’y ait pas d’impact pour le quotidien de nos armées en 2017 et pas d'impact de pour nos forces opérationnelles. C'est un engagement que je tiendrai", a-t-elle affirmé. 

Mais sur quoi porteront les économies ? "Nous avons des grands programmes d’équipements. Nous travaillons aujourd'hui sur le lissage d'un certain nombre de paiements ou de livraison de programmes d'équipements de long terme", a-t-elle expliqué. 

En vidéo

"Aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté" en 2018, annonce Emmanuel Macron

Un peu plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron a réaffirmé que l'armée bénéficierait en 2018 d'une enveloppe augmentée d'1,8 milliard d'euros, la plus importante hausse de ces 15 dernière années, pour que le budget atteigne 34,2 milliards d'euros, avec en ligne de mire les 2% du PIB en 2025, soit 50 milliards d'euros. 

"En 2018, nous aurons un budget qui sera exceptionnel. Que le ministère n’aurai jamais connu au cours des 10 dernières années (...) Il est impossible de voir un budget qui progresse autant", a assuré la ministre.

Je n'ai pas l'habitude d'alimenter les polémiques- Florence Parly, ministre des Armées sur la démission du général Pierre de Villiers

Quant à la démission du général de Villiers, remplacé par François Lecointre, "je n’ai pas l’habitude d’alimenter les polémiques", a-t-elle déclaré. "Maintenant ce qui compte avec le général Lecointre, c'est que nous mettions en place une méthode de travail en équipe. Nous allons constituer un tandem". 

Et aussi

Lire et commenter