Orages meurtriers sur la Côte d'Azur : la situation a-t-elle été sous-évaluée ?

Orages meurtriers sur la Côte d'Azur : la situation a-t-elle été sous-évaluée ?

INTERVIEW - Les pluies diluviennes qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur le Sud-Est de la France, notamment dans les Alpes-Maritimes, ont fait au moins 13 morts et six disparus. Frédéric Decker, prévisionniste à MétéoNews, nous explique la brutalité de ce phénomène.

Comment expliquer la violence et la soudaineté des intempéries qui ont frappé la Côté d'Azur ?
Une dépression circulait sur la France depuis vendredi soir. Un flux de sud dynamique s'est mis en place à l'avant, ce qui a apporté beaucoup d'humidité et d'air chaud, chargé en énergie, en provenance de Méditerranée. En arrivant sur la Côte d'Azur, l'effet marin conjugué à l'effet orographique, puisque les Alpes sont très proches, a décuplé la violence des orages. On a alors battu des records de pluie sur de courts laps de temps.

On dit que c'est du jamais vu dans la région...
Sur Cannes, il y a eu 195 millimètres de pluie. C'est effectivement du jamais vu depuis l'ouverture de la station en 1949 : l'ancien record, c'était 161 millimètres en décembre 1958. Là, c'est en plus tombé en à peine plus de deux heures. Toujours sur Cannes, puisque c'est là que le phénomène s'est le plus concentré, il y a eu 69 millimètres en 30 minutes seulement, 109 millimètres en une heure et 175 millimètres en 1h54 précisément. Ce sont vraiment des intensités exceptionnelles.

DIRECT >> Suivez en temps réel l'évolution de la situation

Météo France avait placé la région en vigilance orange . La violence des orages a-t-elle été sous-évaluée ?
Non, c'était prévu comme violent. Après, il y a eu le fait aggravant que cela se produise en région urbaine : du coup, l'eau ne pénètre pas dans le sol, elle ruisselle énormément dans les parties basses des villes et provoque donc tout de suite des torrents et des inondations. On peut également déplorer que les gens n'aient pas forcément suivi les recommandations. Quand il y a vigilance orange, il faut éviter de se déplacer. Là, on voit que beaucoup de décès sont liés au fait que les personnes sont restées bloquées dans des voitures.

Vigilance orange, c'était donc le bon niveau d'alerte ?
Oui, car on met plutôt le niveau rouge quand il y a des épisodes vraiment méditerranéens. Là, ce n'était pas le cas, il s'agissait d'orages simplement très, très puissants. Les modèles météo n'anticipent de plus pas toujours très bien, et n'avaient pas prévu de telles intensités. Il n'était donc pas évident de déterminer une vigilance rouge à l'avance.

Comment la météo va-t-elle évoluer dans les heures à venir ?
C'est maintenant le retour au calme pour le Sud-Est. Il y aura un peu d'intempéries ailleurs en France, mais rien de dramatique.

LIRE AUSSI >> Intempéries meurtrières sur la Côte d'Azur : le récit de la nuit

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France double le nombre de doses qu'elle prévoit de donner aux pays pauvres

Global Citizen Live : tout ce qu’il faut savoir sur le concert événement diffusé samedi sur TMC

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

Que devient Abi Bernadoth, le gagnant de "The Voice" ?

Éruption aux Canaries : l'aéroport de La Palma à l'arrêt, des centaines de personnes se pressent dans les bateaux

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.